• Le dernier rayon du soleil – Guy Gavriel Kay

    Voici un livre difficile à résumer : pas de héros mais des destins qui se croisent, pas d’intrigue mais une vaste saga, sur le modèle des récits nordiques, se déroulant dans le nord de l’univers déjà imaginé par Kay dans ses précédents romans. Trois peuples s’affrontent : les Erlings, marins émérites vivant bien au Nord du monde sur des terres ingrates ; sur leurs vaisseaux-dragons, ils écument les mers pour des raids meurtriers et enrichissants. Les Anglcyns sont les premières victimes des Erlings et ont bien failli disparaître sous les assauts répétés de ces rudes marins. Les Cyngaëls vivent dans le même pays que les Anglcyns mais de l’autre côté…

  • Les sources de la magie – Joël Champetier

    Vous avez peut-être déjà pu lire ce texte puisqu’il est paru en français aux éditions québécoises Alire en 2002. Il s’agit ici de la première édition en France de ce roman où la magie est reine. Ian Corybantier, héros malgré lui, paisible magicien chercheur, voit débouler chez lui sa charmante et jeune nièce Marion qui va mettre de l’action dans sa vie. Elle est têtue, fouineuse et s’ennuie dans cette province où ses parents l’ont envoyée afin d’échapper aux opposants politiques de son père, réformateur haï par une bonne partie des politiques du pays. Et ce qui devait arriver arrive, la jeune imprudente à force d’aller et venir, se fait…

  • Le dernier homme – Margaret Atwood

    Snowman est le dernier homme, le dernier être humain naturellement né d’une femme. Autour de lui, les Crakers, êtres manifestement humains mais tous extraordinairement beaux et mangeant de l’herbe. Tout le reste n’est que ruine et désolation et le but du roman est de nous expliquer comment on en est arrivé là. S’intercalent donc les chapitres où Snowman vit en compagnie des Crakers et cherche à se procurer à manger, et ceux où il était Jimmy, pauvre tâcheron de la pub malheureusement ami d’un garçon au génie génétique, Crake. Il est longuement, trop longuement question de leur jeunesse commune, de leur parcours différent qui pourtant scellera leur amitié. Là où…

  • Phaos – Alain Bergeron

    Un roman québécois d’inspiration cyber punk comptant plus de 550 pages et écrit par un conseiller politique, ça peut être impressionnant, mais c’est tout à fait plaisant et accessible. Nous avons affaire à une super intelligence artificielle, Phaos, initiée par le Maître du monde c’est à dire Simon Odako, président du congrégat Thor Corp, multinationale surpuissante. Mais Phaos a été sabotée : ses informations ultra secrètes, devant servir à organiser l’alimentation et donc la survie de neuf millions d’hommes sur la Lune, ont disparu. Chacun est soupçonné, tout le monde se tire dans les pattes car c’est la loi du chacun pour soi et de la détestation générale. Simon Odako…