• Dossier Vampires

    Après Bifrost (magazine spécialisé), le Magazine littéraire du mois de mars 2013 consacre un dossier aux vampires : « Le vampire, métamorphose d’un immortel d’Ovide à Fred Vargas ». Il s’interroge sur la pérennité du mythe et ses origines à travers différents articles : « D’antiques liens du sang » de Blandine Le Callet sur les créatures issues de l’Antiquité telles que striges et empuses ; « Vlad Tepes, l’immortalité par le pal » de Matei Cazacu sur le prince de Valachie qui inspira Bram Stoker ; « Des légendes fort contagieuses » de Claude Lecouteux revient sur les faits divers « vampiriques » qui ont alimenté les légendes (en particulier au XVIIIe siècle) et sur les modes d’élimination des vampires…

  • Milady réorganise… à nouveau : Romantica

    Nouveau changement chez le label des éditions Bragelonne qui annonce la naissance d’une nouvelle collection, plus chaude que la Milady Romance : Romantica. Plutôt mal nommée puisqu’il ne s’agit pas de romantisme mais de sexe. L’un n’empêche pas l’autre ceci dit, mais mieux vaut être prévenu : « Partant du principe que le sexe et les sentiments ne sont pas dissociables, ce sous- genre de la romance aux contenus explicites n’hésite pas à mettre au c?ur du récit les enjeux liés au désir des femmes modernes. » Le missionnaire peut toujours aller se rhabiller, vive le cheval à bascule, vive la pieuvre ! Pour ceux qui n’auraient pas tout suivi,…

  • Warm Bodies : zombie sentimental

    En novembre 2011 sortait en France Vivants d’Isaac Marion, traduit de Warm Bodies : l’histoire d’un jeune et séduisant zombie qui tombe amoureux d’une humaine. Parce qu’on peut être zombie et séduisant, oui. Zombie et amoureux. Oui mais. Les puristes expliquent que le zombie ne peut être conscient. Ils le savent, ils en ont rencontrés. Et donc Warm Bodies n’est pas un livre/film de zombies, vous n’êtes qu’un ignorant si vous prétendez le contraire. J’aurais tendance à penser qu’il vaut mieux laisser les mythes vivre leur(s) vie(s), même de morts-vivants, plutôt que de légiférer. Celui du vampire est passé à toutes les sauces, pour le meilleur et pour le pire, pourquoi pas le zombie…