Adultes

L’oeil de la Lune

l'oeil de la luneLe Livre sans nom c’était bien, lisez-le.

Voici à quoi pourrait se réduire cette chronique tant est grande ma déception suite à ma très laborieuse lecture de L’Oeil de la lune. Que je referme définitivement sans le terminer d’ailleurs car je n’en puis plus. Dire que je l’avais sorti de mes étagères pour échapper aux dystopies et au post-apo ambiant, histoire de m’amuser un peu, de retrouver l’ambiance rock’n’roll de Santa Mondega…

J’en arrive même à me demander si cet auteur anonyme ne serait pas plusieurs. Quoi de plus simple en effet que de dissimuler des identités sous un même anonymat… Car enfin, comment est-il possible qu’un même auteur ait écrit Le Livre sans nom  puis ce pavé lourdingue, caricature de lui-même, dont on ne peut sauver ni le style, ni l’humour ??

Retour pourtant à Santa Mondega, fameux repaire de vampires, et de loups-garous aussi tiens, pourquoi pas (ça a marché avec les vampires, autant en rajouter une couche…). On revient sur la jeunesse du Bourbon Kid, on comprend pourquoi il n’a pas tué Sanchez, puis retour à la suite immédiate du Livre sans nom avec une histoire de momie des plus improbables, limite débile. Je ne sais pas pourquoi j’adhère à un fou de la gachette qui fait un carton dans un trou paumé infesté de vampires mais pas à la momie de Ramsès Gaius de retour à la vie, quittant son sarcophage pour partir en goguette…

Tout un tas de monde cherche à mettre la main sur l’oeil de la Lune, fameux caillou ayant jadis appartenu à la momie. Avant qu’elle ne soit une momie bien sûr. Tellement de personnages au final qu’on s’y perd, d’autant plus qu’il n’y a pas d’intrigue et des dialogues à la truelle censés être drôles. De même qu’un trio de flics vampiriques et pathétiques.

Avec ça, un français toujours aussi approximatif.

J’en ai fini avec la série du Bourbon Kid, dommage.

.

L’oeil de la Lune (The Eye of the Moon, 2008), traduit par Diniz Galhos, Sonatine, janvier 2011, 430 pages, 22,30€

 

A lire aussi :

La griffe et le sang – François Larzem Mina, jeune Tsigane de seize ans et héroïne de François Larzem, doit fuir avec sa mère Liuda pour échapper encore et toujours à la violence qui se déc...
Le dieu vampire – Jean-Christophe Chaumette Eh oui, encore... Mais cette fois, l'auteur choisit une voie médiane car si les vampires de ce roman sont bien assoiffés de sang, ça n'est pas pour ...
La louve et la croix – S.A. Swann Après les vampires, place aux loups-garous, finalement pas si fréquents dans nos littératures. L'auteur choisit pour héroïne une femme, et pour péri...
Abraham Lincoln, chasseur de vampires – Seth... Il y a quelque mois, j’ai lu la biographie romancée d’Abraham Lincoln par Gore Vidal. Près de huit cents pages grand format consacrées uniquement au...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *