Jeunesse

Douze ans sept mois et onze jours – Lorris Murail

Douze ans sept mois et onze joursUn père, un vrai, ça aime le baseball, ça a une grosse voiture rouge et un fils. Son fils lui doit aimer le baseball et s’appliquer à devenir un homme, un vrai. Jack Stephenson (« le fils de Stephen »…) n’a malheureusement pas le fils de ses rêves : le sien est une mauviette qui n’aime que son Rubik’s Cube et se fait racketter. Alors Jack a décidé d’abandonner Walden dans une cabane au fond des bois avec deux livres de Thoreau pour qu’il s’y débrouille tout seul.

C’est un peu expéditif comme mesure, mais on sent Jack à bout. Dans sa magnifique Chevrolet Impala SS 1995 dark cherry metallic, il emmène Walden âgé de douze ans, sept mois et trois jours : il ne devra pas sortir de son périmètre de sécurité et se débrouiller pour survivre après épuisement des vivres. Au moins jusqu’à ses douze ans sept mois et onze jours. Walden attend en vain le retour de son père, pensant à une mauvaise blague, puis décide de quitter la cabane.

Il y en a pour tous les goûts dans ce roman : pour les amateurs de Stephen King qui y repèreront quantité de clins d’œil ; pour les amoureux de la nature, et de nature writing en particulier puisque les grands espaces du Maine sont le théâtre des premières expériences en solitaire du jeune Walden ; et de suspens enfin car suspens il y a, bien construit et efficace. On va en effet comprendre pourquoi Jack abandonne son fils dans les bois, pourquoi quitter la cabane n’était pas une bonne idée et pourquoi la date des douze ans, sept mois et onze jours est fatidique.

Les personnages, qui semblent caricaturaux au départ, se révèlent plus complexes de page en page. Un atout de plus pour ce livre au suspens efficace.

Lorris Murail sur Mes Imaginaires

 

Douze ans, sept mois et onze jours, Lorris Murail, Pocket Jeunesse, janvier 2015, 301 pages, 13,90€

 

A lire aussi :

Le crystal des Elfes bleus – Istin & Du... Les elfes ont la primeur cette année de lancer la première série-concept de chez Soleil : un univers pour plusieurs récits, cinq en tout. Chaque tome ...
L’idiot du village – Patrick Rambaud Le narrateur : la cinquantaine en 1995 ; une petite femme, un appartement parisien, un ami psy. Il est tout à coup pris d'hallucinations : il revoit l...
Cent Visages – Thomas Geha Gregor, réfrac de quinze ans, vit dans un ghetto à l’instar de tous ceux qui ont refusé la biométrie. Pour s’en sortir, lui et ses semblables doivent ...
Les mains d’Orlac – Maurice Renard En 1912, le docteur Alexis Carrel réussit les premières cultures de tissus humains. La même année, Gaston de Pawlowski imagine des banques d'organes d...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

5 Comments

    • Sandrine Brugot Maillard

      Je me souviens de ton billet maintenant… Dis, connais-tu Citriq ? C’est un bout de code qui te permet de faire des liens automatiquement vers d’autres blogs qui ont chroniqué le même livre que toi, essentiellement des littératures de l’Imaginaire. Ça marche avec une extension pour WordPress, mais ça marche aussi (en intégrant un code j’imagine) avec d’autres plateformes. Il faut d’abord s’inscrire mais ensuite, tout se fait automatiquement ! Plus besoin d’aller à la pêche aux liens. Tu peux voir par exemple ce que ça donne sur mon récent billet sur Estelle Faye : deux liens faits automatiquement.
      Bien sûr, libre à chacun d’en rajouter manuellement, mais je me dis que ce truc-là est si pratique et il recense tous ceux qui ont envie de l’être, permettant de naviguer d’un site/blog à l’autre.
      On m’a dit que ce n’était pas forcément son pour le référencement (chaque lien ne renvoie pas directement sur la chronique mais sur la plateforme citriq), mais c’est quelque chose qui m’est totalement indifférent.

  • keisha

    Oh mais ça a l’air bien! (de toute façon je ne verrai pas les clins d’oeil à King, et c’est tout aussi bien)
    Mais Purée! appeler son gamin Walden, dès le berceau, c’est lourd.^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *