Jeunesse

La vie étonnante d’Ellis Spencer – Justine Augier

La vie étonnante d'Ellis SpencerEllis Spencer, onze ans, n’est pas comme tout le monde, c’est une enfant à problème : petite, discrète, bigleuse, elle fait tache dans la réussite de ses parents. Car en Naol, chacun a un Mur bien visible, une surface sociale qui se doit d’être remplie et glorieuse. Diplômes, invitations, réussites en tout genre : un Mur, comme on en voit sur le célèbre réseau social. Sauf que le cauchemar est devenu réalité : le Mur = la personne. Et comme le Mur est surface, pas la peine d’avoir quelque chose à l’intérieur.

Pour qu’Ellis Spencer rentre dans le moule, ses parents l’inscrivent à l’Académie du Succès, un établissement hyper sélect qui accepte quelques enfants à problème. Là, on va lui apprendre à marcher la tête haute, à parler fort, à faire du bruit, à être toujours occupée. Car c’est ça le cauchemar des dirigeants de Naol : l’ennui. Il faut être toujours actif, ne jamais, jamais rêver. En haut lieu, on travaille même à la fabrication d’une pilule anti-sommeil.

Mon emploi du temps (qui ne doit pas varier d’une semaine à l’autre au risque d’une perte de repères potentiellement catastrophique) est découpé en cases dont chacune se doit d’être bien remplie, car tout le monde sait bien en Naol que jamais un enfant ne doit perdre son temps ni s’ennuyer. C’est dangereux. Il pourrait se mettre à penser à des choses farfelues et inquiétantes, ou même à se poser des questions auxquelles il n’existe pas de réponses, ou pire, se mettre à rêver. Et puis, on ne peut pas se permettre de perdre ne serai-ce qu’une seule seconde d’apprentissage, au risque de ne pas réussir à rentabiliser au mieux son potentiel.

La société que nous décrit Justine Augier dans La vie étonnante d’Ellis Spencer ressemble terriblement à la nôtre, en à peine pire. Il y a du bruit, des gens souriant sur les écrans, de l’abrutissement médiatique, de la glorification personnelle, et même un Mike Druck présidant au show télé, plus vrai que nature (lisse et souriant, en fait…). Chacun se doit de participer à l’élan national, est même drogué pour ça, d’être positif, constructif, d’aller de l’avant, d’être grand, fort et d’avoir du succès.

Heureusement, Ellis va intégrer un réseau de résistance ultrasecret…

Justine Augier propose aux jeunes lecteurs une dystopie intéressante principalement par son ton (Ellis, la narratrice faussement naïve, manie l’ironie avec talent), mais aussi par son approche très réaliste. Ce qui fait la force d’une dystopie c’est bien sûr sa capacité à reproduire notre société à court terme mais en pire. Tout ce dont on ne se méfie pas aujourd’hui et qui concourt à notre abrutissement est rassemblé ici, en particulier autour des médias et de l’école formatée. Le crédo est la réussite, déclinée selon l’influence sociale et l’amour-propre.

La Naol a réussi à prendre au piège volontairement tous ceux qui ont besoin d’un tant soit peu de reconnaissance : être aimé, on en est tous là… Justine Augier pousse l’idée à son extrême dans un roman un peu court, mais efficace.

 

La vie étonnante d’Ellis Spencer, Justine Augier, Actes Sud Junior, avril 2014, 141 pages, 12.50€

 

A lire aussi :

Le fou prend le roi – Fabien Cerutti Attention, le bâtard de Kosigan est de retour ! Toujours battant, toujours plein de ressources, surtout quand il s'agit de se fourrer dans des situati...
Dolfi et Marilyn – François Saintonge Tycho Mercier est historien, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, un vieux conflit qui a eu lieu il y a plus d'un siècle de ça. Voilà que rentra...
Ravage – René Barjavel Pourquoi lire cette vieillerie ? Certainement parce que c'est Barjavel et que c'est le seul titre de SF lu par bien des profs de français qui nous le ...
Morgane – Claudine Glot C'est à une entreprise bien difficile que s'attellent les éditions Adam Biro : retracer pour les adolescents en moins de quatre-vingts pages la vie ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *