Adultes

Le puits des mémoires – Gabriel Katz

Le puits des mémoiresTrois hommes ont survécu à un accident. Ils sortent péniblement de leur boîte pour constater qu’un quatrième est mort et que le chariot qui les transportait s’est définitivement abîmé dans un gouffre. Les trois survivants ne savent pas ce qui les amenés là, dans ces montagnes, ni même qui ils sont et où ils sont. Ils se choisissent des noms et se mettent en route. Ils trouvent refuge dans un village éloigné et accueillant. La vie serait belle s’ils ne venaient à découvrir qu’ils sont recherchés et qu’une très forte récompense est promise à qui les capturera. Ils quittent le village d’Henig pour la ville, où ils pensent passer plus inaperçus. Là, ils doivent se mettre à travailler mais bientôt, ils intègrent le camp de ceux qui les cherchent, certains de se fondre ainsi dans la masse.

Ils ne savent toujours pas qui ils sont mais vu l’importance des recherches entreprises, se doutent qu’ils ne sont pas n’importe qui. Bientôt, arrivent deux cents chevaliers de cristal et un molosse pour les capturer : les trois fugitifs ont assassiné le Haut Roi de Woltan. La traque s’intensifie, les mercenaires sillonnent les routes et le royaume est en proie aux pillages, aux vols, aux viols. Nos trois héros participent donc à leur propre recherche mais aussi à la guerre entre le royaume d’Helion et les prétentieux Woltaniens.

La fantasy se porte bien : beaucoup de titres paraissent, essentiellement anglo-saxons, parmi lesquels quelques pépites. On se demande bien pourquoi on irait lire de la fantasy française… (pour finir d’énerver tout le monde, changer « fantasy » pour « polar », et la question est la même). Pour la fantasy française, je ne me prononcerais pas car j’en lis peu, ou pour être plus exacte, j’en termine peu. Je n’en peux plus des mercenaires ténébreux et torturés, des mages sadiques et des nains caractériels. Et des rousses. Tenez c’est bien simple, je ferme définitivement le bouquin à l’apparition de la rousse aux yeux verts. C’est bien ce qui a failli se passer ici, pages 31-34 : « Olen entrevit une jolie fille aux cheveux roux. […] à la lueur de la chandelle qui vacillait dans sa main, ses yeux étaient comme deux émeraudes ». On l’aura compris, Gabriel Katz ne se distingue pas du lot par l’originalité de ses descriptions.

Si je suis arrivée à la fin de ce premier tome, c’est que j’ai apprécié l’humour de l’auteur. Pas du gros qui tache ni de la répartie cinglante, mais des dialogues qui tournent parfois les personnages en ridicule, ce qui me plaît. Ils sont ambigus ces fugitifs, ce qui me plaît aussi. Prenez Nils par exemple, un vrai coeur d’artichaut. Il tombe amoureux de la rousse, lui promet le ciel et la terre, mais une fois parti, il promet la même chose à une autre, avec la même sincérité, sans scrupules ni regrets pour l’autre qui d’ailleurs se fera salement torturer sans que ça le préoccupe. Idem pour la deuxième dulcinée qui va tout perdre pour lui. J’ai aussi aimé le personnage étonnant de la reine qui ne vit que grâce à une drogue et accable son entourage de méchancetés cruelles.

L’intrigue elle-même est parfois un peu longuette, les trois lascars n’étant pas vraiment pressés d’en savoir plus sur leur réelle identité. S’ils n’étaient poursuivis, ils s’installeraient certainement sans souci. Ils finissent quand même par trouver un nécromant qui leur explique qu’ils sont victimes d’un sort « le puits des mémoire » qui fait perdre la mémoire. Le lecteur n’est guère plus avancé à la fin de ce premier tome, ce qui bien sûr en appelle un autre.

Gabriel Katz sur Mes Imaginaires

 

Le puits des mémoires – 1 : la traque, Gabriel Katz, Scrinéo, mai 2012, 397 pages, 16.90€

A lire aussi :

La légende des Drakel / 1 – Yvan Lallemand Voici enfin un cycle de fantasy pour la jeunesse où les héros ne recherchent pas leurs parents, ni même un mystérieux objet magique. Cette fratrie d...
Ezoah / Bertand Ferrier & Maxime Fontaine exicaine d'origine, espagnole d'adoption, Ezoah n'est pas une héroïne comme les autres. Bien plus jeune (elle a huit ans), elle n'est pas une apprenti...
Nox – 1 / Yves Grevet Nox ? C'est presque la nuit, une sorte de brouillard de pollution qui recouvre la ville basse et la plonge dans l'obscurité. Plus on s'enfonce dans la...
Elfe blanc, coeur noir – Peru & Bileau Pour ce troisième opus de la série-concept de chez Soleil, Olivier Peru au scénario et Stéphane Bileau au dessin nous font découvrir les Elfes blancs....

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *