Adultes

Le souffle de l’ogre – Brigitte Aubert

aubert.jpg

Perrault a écrit au XVIIe siècle la version édulcorée des contes populaires dont les frères Grimm nous ont donné un aperçu plus réaliste un bon siècle plus tard. Avec Brigitte Aubert, c’est une version terrifiante et sanglante que l’on découvre, parfois à la limite du supportable.

Les mots d’ordre semblent être massacre, sexe et perversion. C’est le Petit Poucet qui ouvre le bal, alors que suivant son bûcheron de père dans la forêt, il parvient à échapper à l’extermination de ses frères, puis à rejoindre sa masure le temps d’assassiner sa mère et de prendre avec lui son demi-frère simple d’esprit. Il se retrouve chez l’ogre Ernst dont la femme, pour sauver les deux filles qui lui restent encore, est prête à sacrifier Sept et Un (le Petit Poucet et son grand-frère). Sept (et le lecteur) assiste alors à une scène de tabassage très violente et à une scène de viol d’enfant des plus sordides. Et ce n’est que le début…

C’est cadavres sur cadavres, les scènes de torture succédant aux tueries. On croise bien quelques princesses, mais dans un sale état : Belle est droguée, Blanche, la fille du plus grand sadique que conte ait jamais inventé, fuit une belle-mère qui n’a rien à envier à son mari, et l’Infante (Peau d’Ane), se cache de son père libidineux qui l’a mise dans son lit depuis son plus jeune âge. C’est absolument sordide.

Alors oui, j’ai pu écrire ici ou là que j’appréciais les versions terrifiantes des contes, mais là, je trouve ça juste écoeurant.

C’est l’accumulation de scènes vraiment très malsaines qui me dérange. Je trouve que Brigitte Aubert en fait trop et à vouloir trop pointer du doigt la face cachée des contes elle finit par écoeurer le lecteur. J’ai lu plus d’un livre gore mais là, j’ai trouvé ma limite.

Pour un avis beaucoup plus enthousiaste, la librairie Soleil vert.

Le souffle de l’ogre, Brigitte Aubert, Fayard Noir, mars 2010, 297 pages, 17,90€

A lire aussi :

Azimut – 1 / Lupano & Andreae Comme pour les précédentes bandes dessinées de l'illustrateur Jean-Baptiste Andreae (Mangecoeur et La Confrérie du crabe, toutes deux avec Mathieu Gal...
Le Livre des étoiles / 1 – Erik L’Homm... Guillemot de Troïl, douze ans, vit au Pays d'Ys, jadis presqu'île française , aujourd'hui ignorée de tous. A mi-chemin entre notre Monde Certain et le...
Morgane – Claudine Glot C'est à une entreprise bien difficile que s'attellent les éditions Adam Biro : retracer pour les adolescents en moins de quatre-vingts pages la vie ...
La mère des eaux – Rod Marty Après un premier roman au suspens réussi, Les Enfants de Peakwood, Rod Marty nous revient toujours chez Scrinéo. La mère des eaux nous plonge à nouvea...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *