BD/Mangas

Le songe de Siwel – Enfin Libre

Siwel-couv.jpg

Voici une bande dessinée dans laquelle se cache beaucoup de monde. Sous l’étrange pseudonyme déjà, un scénariste, Philippe Renaut et un illustrateur, David Barou. Sous le titre ensuite, un palindrome qui ouvre sur un monde merveilleux. Et dès la deuxième planche surgit un lapinot, enfin plutôt Lapinot, qui court dans les rues de la ville de peur d’être en retard à l’ambassade.Siwel-planche-2.jpg
Que fait Alice Siwel ? Elle suit Lapinot bien sûr, dans le temple de la fiction, la bibliothèque municipale. Elle y rencontre une lune en forme de virgule, ou bien une virgule en forme de lune, des rats dévoreurs de fiction qui vont bientôt s’attaquer au Songe de Siwel… mais avant, un autre songe les attend dont les protagonistes, menés par un certain Puck, s’ébattent dans la forêt.

Siwel-planche1.jpgTout ça est complètement loufoque et charmant, comme un conte absurde en forme d’hommage aux classiques de la littérature. Et comme il se doit dans ce genre d’exercice, on connaît les oeuvres ou pas, on les aime ou pas, on passe à côté des références ou pas. Les reconnaître améliore certainement le niveau de compréhension et donc l’appréciation. Les auteurs listent les oeuvres qui les ont inspirés en fin d’ouvrage, je reste cependant perplexe devant tous les Louis XVI et la maison close. Parce qu’évidemment, on se met à chercher des références partout, peut-être même là où il n’y en a pas… Par exemple, les rats mangeurs de livres m’ont fait penser à ceux de P’tit Luc dans sa version humoristique de La peste, mais c’est juste une impression…

Comme il s’agit bien d’une version personnelle et onirique du conte de Lewis Carroll, on pardonne aux auteurs de ne pas toujours suivre un parcours bien clair. A l’image des cartes qui ouvrent et ferment cet album, le chemin est sinueux, imaginatif et référentiel.

Le travail sur la langue est souvent bien trouvé, entre vers et jeux de mots. J’ai plus encore apprécié le graphisme à l’aquarelle, dont les couleurs changent à chaque chapitre.

Le songe de Siwel, Enfin Libre, La Boîte à bulles, février 2010, 128 pages, 22€

A lire aussi :

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *