Adultes

La magnificence des oiseaux – Barry Hughart

VIIe siècle après Jésus-Christ. Le village de Kou-fou dans la vallée de Tcho est touché par une maladie qui fait sombrer les enfants de huit à treize ans dans une étrange torpeur. Décidé à les sauver, Bœuf Numéro Dix, dix-neuf ans, part à Pékin chercher un sage capable d’expliquer et d’enrayer l’épidémie. Il rencontre Maître Li, de piteuse apparence mais d’une intelligence sans nul doute aiguisée.

Tous deux vont devoir partir à la recherche de la Grande Racine de Puissance pour guérir les enfants. Ce qui ne sera pas une mince affaire car les obstacles sont multiples. Après une périlleuse danse des Épées, Bœuf Numéro Dix échappe de justesse au mariage avec la cruelle et jalouse Vierge en Pâmoison, puis ils devront affronter les dangers du labyrinthe du duc de Ch’in et démêler une énigme de plus en plus complexe, liée aux vieilles légendes de la Chine immortelle.

C’est avec beaucoup d’humour que Barry Hughart fait voyager son lecteur dans le temps et l’espace sur les pas de ces deux enquêteurs atypiques. Le sage Maître Li, qui n’a plus quatre-vingt-dix ans depuis longtemps, est à lui tout seul un condensé romanesque : tour à tour criminel de renom, érudit, militaire, homme de main de l’empereur et gouverneur, sa sagacité n’a d’égale que sa vaste connaissance des mythes anciens qui lui donnera la clé de ce mystère. Il n’est pas non plus en reste côté vocabulaire puisqu’il a remporté « à Hang-Tchéou le championnat de Chine de Blasphème, catégorie figures libres, durant trois années consécutives. »

En plus d’être agréablement décalé grâce aux charmes de la Chine ancienne, ce roman ne manque pas de vitalité et de rebondissements tout à fait incroyables vu que les deux héros échappent toutes les dix pages à des morts aussi atroces que variées. On y croise des tyrans absolument sanguinaires, de belles jeunes filles aux attraits vénéneux et des sages qui n’ont d’autres motifs de respect que leur âge vénérable. Des labyrinthes, des volcans en fusion, des jardins maléfiques, et même une ville engloutie sous un lac sans fond, Maître Li et Bœuf Numéro Dix caracolent et s’enfuient, le lecteur à ses trousses.

Que l’amateur de fantasy exotique ne manque donc pas cette série qui compte à ce jour trois enquêtes.

 

La magnificence des oiseaux : une aventure de Maître Li et de Bœuf Numéro Dix (1984), Barry Hughart traduit de l’anglais (américain) par Patrick Marcel, Denoël (Lunes d’encre), mars 2000, 348 pages, 21,35€

A lire aussi :

Les Chroniques de Krondor / 1 – Raymond E. F... Pug a treize ans ; il s'imagine soldat, homme d'armes au côté de son ami Tomas. Mais quand arrive le jour du choix, c'est par Kulgan le mage qu'il est...
Quelques minutes après minuit – Patrick Ness... Conor, jeune adolescent, vit seul avec sa mère. Au début, personne ne savait, puis petit à petit, ça s'est su : la mère de Conor est atteinte d'un can...
Ferrailleurs des mers – Paolo Bacigalupi Paolo Bacigalupi nous revient avec un roman jeunesse. Nailer est un jeune ferrailleur : il récupère des pièces sur des super tankers échoués sur la co...
Les Magiciens – Lev Grossman Difficile d'oublier qu'on a vu les épisodes d'une série quand on se plonge dans les romans qui l'ont inspirée. On souligne ce qui manque, on attend ce...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *