Jeunesse

Apocalypse Maya – Frédérique Lorient

Apocalypse MayaJové vient d’arriver sur la planète Maya, chez Trree qui serait son grand-oncle d’origine indienne. Le jeune homme est employé par AgroCorp, comme quasi toute la population de la planète, qui fait pousser du maïs transgénique. Trree, « un marginal exilé de Terre depuis plus de cinquante ans », est quant à lui, tourné vers la nature et à l’écoute de celle de Maya. Il a donc compris qu’une des créatures extraterrestres présentes sur son sol est douée d’intelligence : les Suris, que les imbéciles d’AgroCorp prennent pour de vulgaires serpents, sont « une espèce émergente. Ils ont un début de langage, ils font des peintures de sable, ils connaissent le feu, ils ont même un ensemble de rituels religieux fondés sur le culte solaire. » Grâce au vieux Trree, Jové va peu à peu prendre conscience de l’intelligence des Suris et le moment venu, il tentera de les sauver des manipulations mortelles des ingénieurs inconscients.

On retrouve dans ce roman le schéma classique du jeune qui débarque avec ses idées sur tout et prend les conseils du vieux sage pour de vains radotages. Résultat : le vieux a raison et le jeune homme va devoir se démener pour sauver la planète. Avec une petite histoire d’amour très chaste, quelques descriptions dont on se demande ce qu’elles font dans un cinquième roman (« cette chevelure magnifique roulait sur ses bras nus et auréolait de lumière un visage qui rayonnait de grâce et d’intelligence », « La lumière dorée ruissela sur elle, inondant sa couronne de cheveux. Toutes ses mèches s’illuminèrent de multiples reflets, au point qu’elles se mirent à rayonner ») et une intrigue qui peine à démarrer : ce premier roman de la collection Soon ne fait pas partie de ce que j’ai lu de meilleur. L’intrigue prend vraiment forme au-delà de la centième page, quand Jové découvre que le maïs d’AgroCorp est mortel pour les créatures autochtones. Il me semble par ailleurs que certains fils narratifs esquissés ne sont pas tissés, comme la mort de la mère de Jové, décédée alors qu’elle travaillait dans les labos d’AgroCorp (et alors ?).

Les intentions de l’auteur sont claires : sensibiliser les jeunes lecteurs au problème de l’alimentation génétiquement modifiée, tout en soulignant le droit à la différence et le respect d’autrui. Le tout dans une préoccupation écologique évidente. Elle privilégie une approche plus poétique qui donne à son texte une certaine lenteur, voire une lenteur certaine, qui confine au sur place. Les jeunes gens sont des personnages assez classiques, seul le vieux Trree acquiert au fil des pages une originalité due à son attachement à la culture indienne.

J’ai donc été déçue mais je garde toujours présent à l’esprit dans ces cas-là que je n’ai pas l’âge requis pour ce genre de lectures.

Frédérique Lorient sur Mes Imaginaires

Apocalypse Maya, Frédérique Lorient, Syros (Soon n°1), mai 2008, 249 pages, 14,50€

 

A lire aussi :

Grandclapier – Joann Sfar Après L’Eternel, roman pour adultes, Joann Sfar se lance dans la littérature jeunesse avec Grandclapier, premier tome d’une série de fantasy, nous ann...
Serenitas – Philippe Nicholson Paris demain, ou après-demain. Fjord Keeling est journaliste expert en criminalité au National, un des plus gros média du pays. Il a rendez-vous à P...
La marche du prophète – Gabriel Katz Leth Mark a décidé de quitter l'arène. Lui, le champion de Morgoth part avec ses fils pour Kyrenia, la cité du savoir où ils pourront étudier et deven...
Ravage – René Barjavel Pourquoi lire cette vieillerie ? Certainement parce que c'est Barjavel et que c'est le seul titre de SF lu par bien des profs de français qui nous le ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *