Jeunesse

Le cercle meurtrier – Alexandra Sokoloff

Alexandra SokoloffCinq jeunes étudiants américains au passé déjà chargé se retrouvent ensemble pour un long et orageux week-end de Thanksgiving dans leur université désertée. Ils trouvent une planche de Oui-ja qui leur permet d’entrer en contact avec l’esprit de Zachary Prince, jadis étudiant dans la même université où il décéda tragiquement en 1920. Ami ou ennemi ce Zachary ? Antisémite en tout cas, comme s’en rend rapidement compte Martin, l’étudiant juif du lot.

Voilà un roman vraiment très bien construit : une ambiance inquiétante, un passé plus mystérieux qu’on ne croit, des jeunes gens épouvantés… et épouvantables, il faut bien le dire. Car si c’est ça la jeunesse américaine, il y a de quoi se faire du souci : vulgaires, drogués, obsédés pour certains, on ne peut pas dire que le tableau soit reluisant. On comprend cependant que l’auteur met en scène des jeunes rejetés par leur famille et par la société, des « rebuts » comme ils le disent eux-mêmes, dont le destin va se plier au mythe juif des Qlippoth qui « A l’instar des anges déchus de la Bible, bannis du paradis, enragés d’avoir été écartés de l’œuvre créatrice, brûlent de s’emparer de l’humanité et de la corrompre. » Alexandra Sokoloff ne s’en tient pas à une simple histoire de revenant, qu’on a déjà lue cent fois, mais imagine une vengeance basée sur le Sefer ha-Zohar ou Livre de la Splendeur, c’est-à-dire sur la Kabbale juive, ce qui est tout de même très original. Grâce à une construction irréprochable, le suspense et l’angoisse montent doucement mais sûrement pour culminer dans une scène de massacre à la hanche doublée d’une tentative d’exorcisme tout à fait convaincantes.
Autre intérêt : l’héroïne principale, Roxane, est étudiante en psychologie. Elle étudie Freud et Jung et essaie de comprendre les événements à la lumière de la psychanalyse. Très perturbée, la jeune fille pense que ses peurs sont à l’origine des manifestations paranormales que la planche de Oui-ja a déclenchées. Rien d’extraordinaire bien sûr, mais les jeunes lecteurs peuvent être très réceptifs à la psychanalyse et ainsi découvrir Freud, souvent perçu comme un moyen de se comprendre.
Ce roman s’adresse à la même tranche d’âge que la série Fascination dans la même collection, sauf que les adolescents décrits ici sont beaucoup moins propres sur eux que ceux de Stephenie Meyer !

L’avis de Judepompom, 14 ans
Mon avis est partagé pour ce livre. Comme j’aime beaucoup les histoires de fantômes, et autres esprits, forcément le thème du roman m’a intéressée ; mais malheureusement ce thème est porté par des personnages peu intéressants, tous représentant la jeunesse américaine droguée et rebelle. J’aurais de loin préféré des ados aux caractères diversifiés… Mais le roman tient quand même le lecteur en haleine, on ne sait pas tout immédiatement de cet esprit. Sa présence et son souhait d’avoir un corps sont clairement expliqués par la suite, et ça tient parfaitement la route. Un bémol cependant : la fin du roman, inutilement sanglante ; un des ados, possédé, se croit dans « Shining », tandis qu’un autre meurt, et que tous les autres sont blessés… Bof-bof. Dommage donc pour cette fin moyenne, heureusement que le reste du livre est assez angoissant pour la rattraper…


Le cercle meurtrier (2006), Alexandra Sokoloff traduite de l’anglais (américain) par Blandine Longre, Hachette Jeunesse (Black Moon), janvier 2008, 405 pages, 18 €

A lire aussi :

Le siècle mécanique / 1 – Cherie Priest Beaucoup d'atouts pour ce livre, qui m'ont poussée à l'ouvrir. Déjà, une belle couverture. Ensuite, c'est un des premiers titres publiés par le labe...
Le vin de la violence – James Morrow De retour d'une expédition sur Arete, quelques savants sont contraints de se poser sur Luta, planète dont ils ne savent rien. Ils la découvrent peuplé...
La 5e Vague – Rick Yancey La romance est un genre qui fonctionne bien depuis déjà quelques années. En matière de littératures de l’Imaginaire, le succès de Twilight a ouvert la...
L’enfer des rêves – Theodore Roszak A mon avis, il y a deux Theodore Roszak : celui qui écrit des bouquins formidables, palpitants, inoubliables, et celui qui écrit des livres à susp...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *