Adultes

Les Chevaliers d’Emeraude / 1 – Anne Robillard

Anne RobillardIl exista jadis un ordre des Chevaliers d’Emeraude. Artificiellement dotés de pouvoirs magiques, ils permirent à Endikiev de chasser l’Empereur noir et ses hommes insectes venus du lointain Royaume des Dragons. Depuis le continent vit en paix, divisé en de multiples royaumes indépendants et pacifiés. Sage et prévenant, le roi Emeraude 1er a fait revivre cet ordre mythique. Au départ sept enfants doués de pouvoirs surnaturels, ils deviennent tout aussi chevaliers que magiciens, qu’ils soient hommes ou femmes. Elevés au château d’Emeraude par un magicien, ils forment l’élite de la chevalerie chargée de défendre Endikiev. Wellan est à leur tête et moins d’une dizaine d’autres enfants est éduquée au château pour bientôt leur servir d’écuyer avant d’être à son tour adoubée chevalier.

Mais deux événements viennent troubler cette tranquillité multi séculaire. La splendide reine de Shola la proscrite vient trouver le roi Emeraude 1er et lui confie sa fille Kira pour faire d’elle un de ses valeureux chevaliers, ou si elle n’en est pas digne, sa servante ; mais l’enfant, pourvue de griffes et de dents acérées, est mauve… Quelques heures plus tard, une énorme étoile rouge traverse le ciel en direction du nord, exactement là où le peuple sholien tout entier est décimé par les troupes de l’Empereur noir qui marque ainsi son retour. Avant de mourir, la reine de Shola avoue à Wellan que Kira est la fille que l’Empereur noir conçut d’elle en la violant. C’est pour récupérer cette enfant de sang humain et ainsi régner sur d’autres royaumes que le sien qu’Amecareth est de retour.
Comme souvent dans les sagas qui comptent finalement plus d’une dizaine de volumes, le premier tome sert de présentation. Le prétexte est simple : les chevaliers d’Emeraude doivent parcourir tout le continent pour prévenir les différents royaumes du massacre de Shola, puis le reparcourir pour leur soumettre un plan de défense (creuser des fosses immenses pour y faire tomber les dragons non volants et y mettre le feu). Ainsi le lecteur a-t-il un aperçu d’Opale, de Diamant, de Perle, de Béryl, de Zénor …etc, et des royaumes des elfes et des fées. On découvre bien sûr également les héros, qui sont sans surprise, et de multiples personnages. Qu’on imagine Wellan « grand, musclé et intelligent » (p.179), courant sus au danger en « n’écoutant que son courage » (p. 15), bref, « le meilleur Chevalier de l’univers » (p.208). Un peu coléreux aussi, c’est son défaut, et surtout amoureux fou et pour la toute première fois de la belle reine de Shola qui est morte, comme on le sait. Mais ce détail ne gêne pas leurs relations puisqu’elle est un magicien supérieur qui apparaît quand bon lui semble à qui elle veut.
Ce cycle fait depuis quelques années un tabac au Québec. Il est déjà disponible en France (et en français bien sûr) aux éditions de Mortagne jusqu’au tome 10, mais Michel Lafon le réédite avec tout l’apparat commercial nécessaire aujourd’hui à son lancement (site Internet, jeu-concours, publicité dans les revues), à en faire pâlir Bragelonne… D’ailleurs Les Chevaliers d’Emeraude s’inscrit tout à fait dans la lignée de cet éditeur : pouvoirs magiques, vaillants chevaliers, histoires d’amour et d’amitié, enfant mystérieux appelé à un grand avenir… Il est donc facile de prévoir que le royaume d’Endikiev soulèvera l’enthousiasme des fans d’Henri Loevenbruck, de Terry Brooks et autres cycles faciles destinés aux adolescents (enfin je crois…). D’ailleurs, le prière d’insérer de l’éditeur français indique que le livre doit être rangé au rayon jeunesse (12-16 ans), judicieux conseil qui n’est rappelé nulle part sur le livre lui-même.

Anne Robillard sur Mes Imaginaires


Les Chevaliers d’Emeraude – 1 : le feu dans le ciel (2002), Anne Robillard, Michel Lafon, mars 2007, 340 pages, 15€

A lire aussi :

Ysabel – Guy Gavriel Kay Ned Marriner, jeune Montréalais de quinze ans, séjourne en France aux côtés de son père, un photographe célèbre. Ce dernier doit prendre des photos po...
Mulengro – Charles de Lint La police d’Ottawa se trouve confrontée à une série de crimes atroces et inexplicables : des corps déchiquetés, des témoins hallucinés et tremblants...
Petite philosophie du zombie – Maxime Coulom... Il est aujourd’hui tout à fait opportun de s’interroger sur le phénomène zombie. Tant au cinéma qu’en littérature, ce mort-vivant-là se porte mieux ...
Les sources de la magie – Joël Champetier Vous avez peut-être déjà pu lire ce texte puisqu'il est paru en français aux éditions québécoises Alire en 2002. Il s'agit ici de la première éditio...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *