Adultes

Nadya – Pat Murphy

MurphyNadya et ses parents sont des pionniers : comme les autres, ils ont foulé le sol américain dans l’espoir d’une vie meilleure ; comme les autres, ils cherchent une terre d’accueil et de tolérance ; comme beaucoup d’autres, ils ont des choses à cacher.

En effet, Nadya et ses parents ne sont pas tout à fait comme les autres. S’ils ont bien de l’amour, du courage et de la résistance, chaque nuit de pleine lune ils se transforment en loups. Tous trois, ils parcourent la forêt, vivant la nature sauvage et les grands espaces dans une totale harmonie et un grand bonheur. Nulle malédiction, aucune souffrance : Nadya et ses parents sont tantôt humains, tantôt loups, c’est ainsi, il ne faut le dire à personne. Mais les pionniers chassent les loups et une nuit de pleine lune, les parents de Nadya tombent sous les balles de Rufus, le beau Rufus qui a pris la virginité de la jeune fille en lui promettant de ne jamais s’en prendre aux loups. Ainsi s’achève la première partie de ce passionnant roman.
Nadya s’enfuit alors vers l’Ouest, vers l’Ailleurs de rêve, les grands espaces, là où les loups courent en liberté. Son chemin croise celui d’Elisabeth, jeune fille seule dont les parents viennent de mourir de fièvre et qui a été abandonnée en chemin par quelques bons chrétiens pas trop pressés d’arriver en Californie. Elles font route ensemble, accompagnées de Jenny, une enfant. Entre les deux jeunes femmes, l’amour naît doucement et très tendrement, un amour sincère et naturel, loin des yeux de la civilisation. Ensemble, elles vont vivre le pire de la conquête : la maladie, les serpents, les Indiens, le froid, le désert, la faim. Elles vont marcher ensemble, abandonnant peu à peu tout ce qu’elles possèdent (animaux, chariot, ustensiles) jusqu’à la raison peut-être, lorsque qu’Elisabeth abandonne un à un dans le désert les livres de son père.

Ce roman est un très beau livre dans lequel le thème du loup-garou est un prétexte pour traiter le thème de la différence. Dans cette Amérique idyllique où tous doivent être égaux, il y a toujours eu discrimination. La théorie du melting pot est un leurre que les Indiens ont éprouvé dans leur chair. Pas de place pour eux en Amérique ; pas de place pour les femmes qui portent des pantalons, tirent au fusil et aiment les autres femmes. C’est une société intolérante et rigoriste que nous décrit Pat Murphy avec beaucoup de subtilité et de pudeur. Le thème du loup-garou n’est pas ici prétexte à massacres et effets sanglants mais bien plutôt à une description de l’harmonie entre l’animal et la nature, harmonie que l’homme blanc va s’appliquer à saccager. De l’abruti alcoolique qui ne sait pas ce qu’est un serment au père de famille buté qui ne supporte pas la contradiction, la galerie de portraits est sans nuances. La vie est un combat pour la femme comme pour le loup et il n’y a qu’auprès des Indiens que Nadya trouvera la compréhension et la tolérance.
Oubliez l’absurde couverture et ouvrez ce roman d’aventures qui vous entraînera sur les pas de ces rudes colons qui à défaut d’être tous intelligents étaient certainement très courageux.

Nadya (1996), Pat Murphy traduite de l’anglais (américain) par Geneviève Blattmann, J’ai Lu Fantastique (n°5528), 508 pages, 8 €

A lire aussi :

Martyrs – Oliver Peru Voilà un livre, comme il y en a trop peu, qui redonne foi en la fantasy française. On ne peut guère oublier quand on en lit, que les Anglo-saxons font...
L’île du sommeil – Fabrice Colin A onze ans, Eelian a un accident de vélo et tombe dans le coma. Il se réveille sur l'île de Noctance, peuplée d'êtres bizarres : Oloon, l'homme-loup ;...
Le dernier loup-garou – Glen Duncan L'engouement pour les vampires ne s'est guère tari depuis Dracula : on a vu des auteurs, des réalisateurs s'emparer du mythe et le décliner sur tous l...
Sabriel – Garth Nix Sabriël, dix-huit ans, vient d'achever sa classe de Terminale à la pension Wyvervey située en Ancelstierre. Elle est la fille d'un grand nécromancien,...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *