Adultes

Gallica / 3 – Henri Loevenbruck

Loevenbruck-3.jpg

Voici que s’achève la seconde trilogie d’Henri Loevenbruck. Et l’on dira tant mieux car ce troisième tome est plutôt laborieux, en tout cas moins abouti que les deux autres. On retrouve bien sûr Bohem, le louvetier aux pouvoirs étranges qui après avoir fait disparaître les brumes de la Terre, sauf les loups, part sur les routes à la recherche de sa belle. Mais voilà, autour de lui, partout dans le royaume, des gens meurent subitement et sans raison et les femmes n’enfantent plus. Il faut bien se rendre à l’évidence : la Terre se meurt. Et tandis que le monde agonise, les rois de Gallica et de Brittia continuent à se faire la guerre, question d’honneur. Bohem aimerait bien, d’abord retrouver sa douce Vivienne prisonnière d’un arbre magique, puis arrêter cette épidémie qui décime jusqu’à ses compagnons.

Mais il ne sait pas où il va, et le lecteur non plus. Il marche, se laissant guider par des voix que lui seul entend (ces passages en italique sont particulièrement mauvais car laborieux et dénués de naturel) ; des paysans, des compagnons rejoignent sa troupe qui va on ne sait où et cette longue marche n’en finit pas. Heureusement, le récit des magouilles entre les souverains, le légat du pape, le chef de la Milice du Christ et l’abbé de Cerly viennent relever l’intérêt de l’intrigue et rendent la construction du roman très dynamique.
Mais ça ne suffit pas pour relever le niveau de ce troisième opus au moins à celui des deux autres. D’autant moins que le style de Loevenbruck est tout de même particulièrement fade voire même ridicule dans les scènes inspirées de l’autre monde. De plus, certaines situations sont complètement abracadabrantes (le roi prenant seul la tête de l’assaut d’un château…). Mais bon, il a ses fans chez les adolescents qui sont attirés par un personnage qui travaille pour la liberté et l’égalité de tous, est honnête, courageux et amoureux d’une belle princesse rebelle. C’est un héros généreux et modeste qui peut effectivement soulever l’enthousiasme des jeunes filles. J’ai passé l’âge…

Henri Loevenbruck sur Mes Imaginaires

Gallica – 3 : Les enfants de la veuve, Henri Loevenbruck, Bragelonne, février 2005, 448 pages, 20€

A lire aussi :

Blanche et l’Oeil du grand khan – Herv... La Commune a été réprimée et l'honorable famille Painchain peut enfin rentrer à Paris. Il y a bien encore par-ci par-là quelques rouges à arrêter et d...
La comédie inhumaine / 1 – Michel Pagel Si Nuées ardentes est le premier titre qui ouvre le cycle de La comédie inhumaine, il ne fut pas le premier écrit. Quand il écrit cette histoire, Mi...
L’enchanteur – René Barjavel On connaît les talents de conteur de Barjavel. Il les met ici au service de la légende arthurienne, de sa légende arthurienne, faite de compilation et...
L’évangile de Jimmy – Didier Van Cauwe... La quatrième de couverture dit tout, ou presque : à trente-deux ans, Jimmy, réparateur de piscines de son métier, apprend qu'il est le clone du Chri...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *