Adultes

La tour du diable – Mark Sumner

Sumner« Le chaman arriva en ville juste avant le coucher du soleil, monté sur un cheval mort« .
A Medicine Rock, le shérif voit de plus en plus de ces créatures étranges et maléfiques venues le défier jusque devant son bureau. Il aurait bien besoin d’un adjoint, alors pourquoi pas le jeune Jake Bird, fils d’un shérif assassiné par la seule magie du verbe du diabolique général Custer. Mais Jake ne se connaît aucun talent, pas plus en visionnage qu’en bavardage ou en gribouillage.
Pourtant, depuis la fin de la guerre de Sécession, les talents se sont multipliés sur cette partie de l’Amérique et toutes sortes de monstres font régner le malheur sur le désert et les quelques habitants qui lui reste. Poursuivi par les génies du Mal, Jake va développer et apprendre à utiliser ses talents. Contraint de fuir Medicine Rock, il va au-devant de villes fantômes, manquant d’agoniser dans le désert. Il rencontre l’amitié, la peur et l’injustice, l’amour aussi.
Cette heureuse réédition met en lumière ce texte original passé plutôt inaperçu à sa sortie. Original car la fantasy sort ici de son carcan médiéval pour se glisser habilement dans un décor de saloons et de pistes poussiéreuses : les Etats-Unis au sortir de leur guerre civile retrouvent des héros possédés par une volonté diabolique de toute puissance. On en transpire tellement il fait chaud, et la poussière vous colle la langue au palais. L’auteur n’est pas avare de scènes bien sanguinolentes où tripes et boyaux retrouvent souvent une seconde vie. Le jeune héros n’est ni couard ni courageux, il aimerait juste être ailleurs, au calme. Les circonstances le poussent à se dépasser et cherchant au fond de lui-même, il y trouve juste assez de magie et de trouille pour affronter le verbe assassin.
A conseiller à tous ceux que les scènes un peu sanglantes ne rebutent pas.


La tour du diable (1996), Mark Sumner, traduit de l’anglais (américain) par Patrick Couton, Pocket, mai 2005, 406 pages, 7,50€

A lire aussi :

La conspiration des ténèbres – Theodore Rosz... Belle réussite : une vaste fresque sur le cinéma, mâtinée d'un complot multiséculaire ourdi par une minorité religieuse que l'on n'imaginait pas si ma...
Jack Barron et l’éternité – Norman Spi... Jack Barron est une star du petit écran. Ex-révolutionnaire, il a laissé tomber ses illusions gauchistes pour se transformer en justicier, en défens...
Red Queen – Victoria Aveyard Un futur indéterminé dans un monde indéterminé. La société (et les êtres humains) est scindée en deux : les Rouges et les Argents. Les Rouges travaill...
La mort est une araignée patiente – Henry S.... A l'instar des éditions de L'Arbre vengeur, L'Eveilleur publie des auteurs oubliés. Il n'est donc pas étonnant que la collection "L'Eveilleur étrange"...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *