Nouvelles

Déchirures – Sire Cédric

Sire CedricLes démons dansaient parmi les hommes, et lui seul le savait, lui seul le voyait » et il en rend compte, Sire Cédric, grâce à ce recueil de nouvelles en partie inédites. Diables, démons, vampires, créatures mi-hommes, mi-animales, l’éventail des êtres malfaisants est large et suffisamment angoissant pour créer un certain malaise. Cette écriture-là est donc hautement performative, ce qui est à mettre au crédit de ce jeune auteur que l’on imagine tout de noir vêtu. Il est toujours question d’innocence salie (filles violées, innocents torturés…) par des hommes soumis à leurs instincts, leurs pulsions et cela depuis leur plus jeune âge (« Chérubins »). Car qui a souffert fera souffrir plus encore, avec raffinement et délice : l’innocence bafouée se venge, parfois de façon sordide (« Deathstars »).
Et c’est bien là que se trouve la faiblesse de l’auteur : l’accumulation de sévices insoutenables tourne au systématique alors que la suggestion aurait été plus subtile. On a envie de crier n’en jetez plus, alors que se vérifie l’adage un tantinet éculé : « les parents boivent, les enfants trinquent ». Éprouvé, le lecteur n’en apprécie pas moins les mondes marginaux décrits de façon très réaliste, en tout cas crédible, pour ce que j’en sais. Ces jeunes gens improbables, troués, tatoués, parés de noir (« Nocturnes »), aux cheveux moralement trop courts (« Carnage ») sont décrits de l’intérieur par une plume qui semble bien les connaître. La peur et la folie règnent en maître dans toutes ces nouvelles, en particulier dans la plus réussie, à mon avis, « Vexilla regis prodeunt inferni ».
Si vous ne les connaissez pas encore, je vous recommande donc de découvrir les éditions Nuit d’Avril grâce à ce recueil. Leurs ouvrages sont sobres et élégants et leurs choix éditoriaux révèlent un vrai engagement aux côtés de jeunes auteurs qui seront, gageons-le, les grands de la littérature fantastique de demain.

Sire Cédric sur Mes Imaginaires

Déchirures, Sire Cédric, Nuit d’avril, avril 2005, 249 pages, 16,50€

A lire aussi :

Le cauchemar de Winston – Bernard du Boucher... De Philip K. Dick à Robert Harris, on a déjà lu plusieurs romans uchroniques sur la Seconde Guerre mondiale. Dans Le cauchemar de Winston de Bernard d...
La mère des eaux – Rod Marty Après un premier roman au suspens réussi, Les Enfants de Peakwood, Rod Marty nous revient toujours chez Scrinéo. La mère des eaux nous plonge à nouvea...
Le souffle de l’ogre – Brigitte Aubert Perrault a écrit au XVIIe siècle la version édulcorée des contes populaires dont les frères Grimm nous ont donné un aperçu plus réaliste un bon sièc...
Sentinelles du crépuscule / 1 – Serge Brusso... Nath vit sur une des plus déprimantes planètes qu'il se puisse imaginer : de la boue toujours en mouvement qui parfois forme des îles ; des habitation...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *