Jeunesse

Rouge sang – Melvin Burgess

Burgess-2.jpg

C’est l’histoire d’un rêve de paix qui tourne au cauchemar, l’histoire d’une confiance brisée par la soif de pouvoir. Signy, la fille du roi Val Volson est donnée en mariage à Connor, l’ennemi de toujours, pour sceller un traité de paix entre les deux familles qui se partagent les ruines de Londres. Et Signy tombe amoureuse de Connor, qui se fait tendre et doux à ses côtés… pour mieux grâce à un piège anéantir les Volson et leurs fidèles jusqu’au dernier dans une immense soif de sang. Siggy, frère jumeau de Signy est le seul à s’en sortir, non sans voir ses frères se faire dévorer vivants par le Pourceau. Signy la cloîtrée tisse sa vengeance, faite d’amour et de folie, en fabriquant un clone d’un fils magiquement incestueux, véritable machine à tuer dénuée de sentiments. Dans ce monde de guerre et de mort, même l’amour de la sœur se transformera en haine.

Ce roman est extrêmement envoûtant. Sur un décor londonien ravagé par des guerres, ruinés par la folie des hommes, survivant loin de la civilisation à l’abri de ses murailles, Burgess installe une atmosphère d’angoisse et de trouble. On s’introduit dans les guerres de gangs ; on découvre peu à peu des personnages mi-Hommes, nés d’expériences génétiques anciennes entre hommes et animaux ; on s’insinue dans la folie malsaine de personnages assoiffés de vengeance et de pouvoir. La tension s’accroît page après page, donnant tout à tour la parole à Signy, Siggy et à un narrateur omniscient, qui installe une distance salutaire entre le lecteur et tous ces cruels égarés dans un monde sans pitié. Les sensations d’étouffement et de déréliction sont très finement orchestrées, même si la vengeance finale n’est, à mon goût, pas aussi grandiose que les meurtres de Connor. Gallimard a pris ses précautions en indiquant en quatrième de couverture « à partir de 15 ans ».

Melvin Burgess sur Mes Imaginaires 

Rouge sang (1999), Melvin Burgess traduit de l’anglais par Philippe Loubat-Delranc, Gallimard, mai 2002, 382 pages, 16€

A lire aussi :

Enfin la nuit – Camille Leboulanger Je pourrais le faire court : « belle couverture, post-apo, cf. La Route en moins bien ». Mais un premier roman mérite mieux, même si j'ai peiné à le...
La maison aux fenêtres de papier – Thomas Da... Voici un roman qui mêle avec sang et bonheur la mythologie asiatique et le Japon moderne. A travers l'histoire de l'Oni No Shi, l'épée tueuse de démon...
Boulevard des disparus – Andrew Weiner Kay est détective privé, spécialisé dans la recherche de personnes disparues. Un avocat, Victor Lazare, vient le trouver pour l'envoyer à la recherche...
Le chasseur et son ombre – Martin, Dozois &#... Ramon Espejo est en fuite : il doit quitter Diegotown où il vient d'assassiner un diplomate lors d'une rixe au couteau. Mais sur la planète San Paolo,...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *