Jeunesse

William le jeune voyageur du temps / 1 – Aurélien Aujame

Aujame-1.jpgWilliam est un jeune garçon qui a le pouvoir extraordinaire de voyager dans le temps. Orphelin sans attaches, il passe d’un siècle à l’autre au gré de ses envies. Pour le premier tome de ses aventures, c’est au 18ème siècle que ce nouveau héros a envie de se transporter pour rencontrer l’aimable marquis de Whindington, auteur de livres pour la jeunesse que William a dévorés : quel plaisir en effet de rencontrer son auteur favori mort depuis plus de cent ans ! Confiant, le jeune garçon raconte pour la première fois au marquis l’aventure qu’il vécut lors d’un séjour au 19ème siècle : prisonniers d’une méchante sorcière qui les fait mendier, lui et quelques autres garçons sont réduits à une vie de misère et de coups. Mais grâce à l’ingéniosité de William, ils vont déjouer l’odieux trafic humain auquel se livre la démoniaque créature.
Le rythme des aventures londoniennes est trépidant et la vie des jeunes garçons crédible. On pense évidemment à Oliver Twist et autres David Copperfield et la sorcière est vraiment excellente dans l’hystérie et les remarques cinglantes aux enfants ou à son bras droit, Musaraigne. On regrette cependant les soixante premières pages du roman qui n’ont globalement pas grand-chose à voir avec la suite : une fois le marquis présenté, à quoi bon s’attarder très longtemps sur son ami, l’étourdi sir Thomas ? C’est drôle, mais inutile pour la suite.
On peut également s’interroger sur certaines incohérences psychologiques : comment un jeune garçon qui apprécie et utilise la technologie du 20ème siècle (CD, DVC…) peut-il être si heureux d’en être privé dans un château anglais en plein hiver, sans électricité ni chauffage ? Et pourquoi, mais pourquoi répète-t-il toutes les trois pages « C’est décapsulant ! » ? Bien sûr l’auteur joue avec les différences de langage d’une époque à l’autre, mais cette expression-là n’est vraiment pas heureuse…
Hormis ces quelques petits travers, les enfants à partir de 10 ans liront je crois avec plaisir les aventures de ce jeune voyageur du temps et de ses amis. Un cycle d’un jeune auteur à surveiller, dans une petite maison d’édition. Les jolies illustrations intérieures d’Uderzo ne gâchent rien.

William le jeune voyageur du temps / 1 : William et la sorcière de Londres, Aurélien Aujame, Didier Carpentier (Collection Jeunesse), avril 2004, 348 pages, 14€

A lire aussi :

Le roman d’un non-mort – Arthur Ténor Verdun, octobre 1916. Comme tous les autres, Gabriel-Aimé Lambertini a peur. Il a dix-sept ans et il ne veut pas mourir. Il serait mort pourtant si la...
Les mines de Lang-Dulün – Jean-Luc Bizien Un elfe et un nain avancent de conserve sur l'unique chemin de la Grande Forêt. Ils atteignent bientôt le village de Laïm'Enh et son accueillante tave...
Le combat d’hiver – Jean-Claude Mourle... En un temps indéterminé, des jeunes gens vivent dans un internat morose à la discipline de fer. Pas de rires ni de chansons, l'obéissance et la soumis...
La ballade de Trash – Jeanne-A Debats Que l'on soit un ado ou un adulte, quand on lit de la SF, on a déjà beaucoup lu de post-apocalyptique. C'est un genre qui permet de mettre en scène, d...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *