Jeunesse

Les sonneurs noirs – Jean-Pierre Hubert

Hubert-1.jpg« Après la grande catastrophe écologique et climatique qui faillit anéantir l’humanité, seules dix-huit technopoles sur la planète réussissent à éviter une régression dramatique de la civilisation : ce sont les franches-villes, gouvernées par des Eveillés qui édictèrent de sévères ‘lois de précaution’ interdisant les sciences, les technologies et les connaissances jugées directement ou indirectement, responsables du désastre« .
La musique fait partie de ces arts jugés dangereux. Elle est donc interdite et remplacée par des sons de synthèse censés imiter les bruits naturels. Le jeune Joz, issu des territoires du cercle 4 pour intégrer celui du cercle 2 où il espère trouver du travail, est , malheureusement pour lui, passionné de musique. Mal accepté de ses collègues, il devient cependant un excellent conducteur d’hélidoptères, et rencontre une bande jeunes avec lesquels il s’enferme pour jouer de leurs instruments de fortune. Ce qui ne va pas plaire à tout le monde…
Malgré une idée de départ intéressante (l’art peut vaincre tous les totalitarismes), ce livre ne nous semble pas accompli. Les personnages sont notamment mal esquissés et on ne saisit pas toujours leurs motivations et leurs actes (trop vite advenus par rapport à ce que l’on sait d’eux). Le héros semble s’agiter dans un univers qui l’on ne sent pas forcément très hostile et son histoire d’amour est peu crédible (car trop rapide). Bref, on ne suit pas volontiers cet itinéraire d’un jeune garçon qui veut vivre sa passion dans un univers qui pèche par son manque d’originalité. L’écriture est cependant fluide et abordable dès 11-12 ans et la couverture de Manchu particulièrement réussie, comme souvent dans cette collection.

Les sonneurs noirs, Jean-Pierre Hubert, Mango (Autres Mondes n°23), janvier 2004, 225 pages, 9€

A lire aussi :

Panopticon – Nicolas Bouchard Nicolas Bouchard nous entraine à Londres en 1820. On a attenté à la personne du premier lord, Robert Banks Jenkinson, et ce en plein King's Theatre ma...
La comtesse sanglante – Valentine Penrose Le Dracula de Bram Stoker a eu un père et une mère : Vlad Tepès et Erzsébet Bathory, autrement surnommée la comtesse sanglante. Ce livre nous raconte ...
Urban 1 : les règles du jeu – Brunschwig �... Grâce à un graphisme fourmillant de détails, Roberto Ricci plonge immédiatement le lecteur du premier tome de la série Urban Les règles du jeu dans l’...
Sentinelles du crépuscule / 1 – Serge Brusso... Nath vit sur une des plus déprimantes planètes qu'il se puisse imaginer : de la boue toujours en mouvement qui parfois forme des îles ; des habitation...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *