Adultes

Le jour des Morts – Jean-Pierre Andrevon

Andrevon-1.gifQuel étrange texte nous offre Jean-Pierre Andrevon, à la fois pudique, étrange et dérangeant sur la mort.
Le lecteur pénètre dans l’intimité de la famille d’Alain, vingt-quatre ans, le narrateur, en ce jour spécial qu’est le jour des Morts. Une fois l’an en effet, les morts sortent de leurs tombes et viennent visiter leurs proches restés en vie. Alain attend (ou redoute) la venue de ses grands-parents et surtout de sa mère, morte quand il avait quinze ans. Alors que la ville se fait silence et immobilité, comme enveloppée d’un suaire, les deux petits vieux arrivent, tels des statues de boue, suivis de Dominique, la mère d’Alain. La cérémonieuse journée commence par une embrassade, suivie d’une parodie de repas. Excédé Alain s’en va et retrouve Maeva, décédée un an auparavant et revenue d’entre les morts alors que personne ne l’attend.
Jean-Pierre Andrevon exprime avec beaucoup de délicatesse l’angoisse de l’être humain face aux morts qui lui ont été chers, la peine, mêlée du regret de les avoir perdus, mais aussi de la hantise de les voir revenir de ce monde que l’on voudrait ne pas côtoyer. Que la mort approche, que nos chers disparus nous reviennent et voilà que nos certitudes basculent. Chacun se livre à un sinistre simulacre où morts et vivants restent plus que jamais lointains. Alain qui croit avoir retrouvé son amour perdu se heurte à l’absence et au charme délétère du vide.
Dans une langue sobre et pudique, Andrevon touche le coeur de nos contradictions et de nos peurs.

Jean-Pierre Andrevon sur Mes Imaginaires

Le jour des Morts, Jean-Pierre Andrevon, Eden (Fictions), novembre 2003, 56 pages, 7€

A lire aussi :

Edgar Flanders, détective de l’étrange / 1 &... Ce roman cumule à peu près autant de qualités que de défauts. Noël Simsolo crée en effet un beau personnage de détective, dans le Paris des années 20....
FBI et les neuf vies du chat – Sophie de Mul... La littérature jeunesse regorge actuellement de jeunes voyageurs du temps. Depuis le William d'Aurélien Aujame en passant par Tom Cox de Franck Krebs,...
Sprats – David Bessis Jusqu'au 1er janvier 2014 au matin, le narrateur de Sprats était un homme comme les autres : "Trente-deux dents. Vingt doigts, dont la moitié de pie...
Le mur de Planck – Christophe Carpentier Il y a des livres dont le titre vous donne envie de partir en courant. Ainsi Défaite des maîtres et possesseurs, le livre de l'année 2016, et Le Mur d...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *