Nouvelles

L’assassin de Dieu – Pierre Pelot

Pelot-2.jpg

Voici regroupées ici quelques nouvelles de Pierre Pelot, qui nous a plutôt habitués à des romans. Saluons donc l’heureuse initiative qui nous permet d’apprécier ces petits textes dont certains sont d’une cruelle beauté. Pierre Pelot n’a pas son pareil pour créer des mondes noirs et hostiles où l’être humain ne conserve plus beaucoup de ce qui fait son identité.
« L’assassin de Dieu » est significatif de cette ambiance apocalyptique. Des hommes et des femmes, « la lie de Partout« , vivent comme des bêtes dans une vallée de fin du monde, puante et grouillante ; ils voient un jour surgir un homme, un guerrier portant hache et sachant tout, à la recherche de « l’épave errante du monde des Morts » et le pays de Dieu.
Les trois êtres humains de « Numéro sans filet » sont quant à eux les derniers représentants de leur race, après que leurs semblables se sont peu à peu exterminés. Ils sont montrés dans un cirque et en proie à la haine des autres races. Méritent-ils de survivre ?
On retrouve cette atmosphère de fin des temps, ou de fin de civilisation dans « Pionniers » où les quelques quinze milliards d’humains que compte la Terre partent coloniser une planète paradisiaque, tandis que deux réfractaires décident de rester explorer le plancher des vaches abandonné et enfin silencieux, qui s’offre à eux.
Les hommes, cependant, ne survivront pas aux Soldats de « Je suis la guerre ».
On comprend à travers ces textes que pour Pierre Pelot, l’homme n’a de cesse d’oeuvrer à sa propre destruction et à son asservissement psychologique grâce à des idéologies telles que le totalitarisme, l’expansionnisme, la colonisation. Le constat est amer et quasi irréversible ; il est aussi superbement dressé par un écrivain aussi sombrement brillant que pessimiste.
Notons que près de cinquante pages sont consacrées à une bibliographie classée et commentée de Pierre Pelot jusqu’en 1997 : colossal travail dû à Raymond Perrin.

Pierre Pelot sur Mes Imaginaires

L’assassin de Dieu, Pierre Pelot, Encrages (Lettres-SF), octobre 1998, 180 pages, 75F

A lire aussi :

Grandclapier – Joann Sfar Après L’Eternel, roman pour adultes, Joann Sfar se lance dans la littérature jeunesse avec Grandclapier, premier tome d’une série de fantasy, nous ann...
Les dames blanches – Pierre Bordage C'est dans le monde entier qu'un matin, les humains découvrent pour la première fois celles qu'ils appelleront les dames blanches : de grosses bulles ...
Compte à rebours – Raoul de Warren Avec Compte à rebours, je découvre Raoul de Warren (1905-1992) que L’Herne publie pourtant depuis les années 80. Après lecture de cet opus quelque p...
Petits arrangements avec l’éternité – ... Aujourd’hui à Paris vit une population qu’on n’imagine pas. Alors Eric Holstein l’a imaginée pour nous, accommodant le mythe du vampire d’une louche...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *