Jeunesse

Le Clan des Otori / 1 – Lian Hearn

CoeurHearn 1Le jeune Tomasu est le seul survivant du massacre de son village par les troupes de sire Iida, chef de guerre Tohan. Il doit la vie à Otori Shigeru, héritier légitime de son clan mais écarté par ses oncles intrigants. Celui-ci adopte le jeune homme et lui donne le nom de Takeo.
Le maître qu’on lui attribue, Muto Kenji, lui fait peu à peu prendre conscience de ses capacités et surtout de ses dons extraordinaires qui n’appartiennent qu’aux membres de la Tribu : une ouïe extrêmement fine et les facultés de dédoublement et de disparition momentanés. Il s’avère bientôt que Takeo est le fils de défunt Kikuta Isamu, membre de la Tribu et assassin renommé.
Pour assouvir sa vengeance et celle d’Otori Shigeru, Takeo va lui aussi endosser le rôle d’assassin : il doit tuer sire Iida. Mais pour assurer la paix des clans, Otori Shigeru est contraint d’épouser la belle Kaede, dont Takeo est aimé et amoureux. Lui-même n’aime pas la jeune fille mais se rend en pays Tohan aux fêtes préparées pour son mariage, qui ressemble à un guet-apens.
Ce livre est d’une rare subtilité. Dans un Japon médiéval, où l’obéissance et le devoir ne sont pas de vains mots, il allie la cruauté aveugle et sanguinaire à l’extrême raffinement d’une civilisation aux codes rigides. On devine à travers le personnage de la jeune Kaede toute la soumission et l’impuissance des femmes qui ne sont que des objets. Otori Shigeru est magnifique, tout en amour, souffrance, rigueur et équité. Quant à Takeo, il est tiraillé entre son amour pour Kaede, sa reconnaissance envers Shigeru et ses devoirs envers la Tribu. Le dernier chapitre serrera les coeurs les plus endurcis tant l’émotion et la tension dramatique sont portées à leurs sommets.

Takeo et la Tribu font indéniablement penser à Fitz Chevalerie et les Artiseurs ; et Lian Hearn n’a rien à envier à Robin Hobb.

Lian Hearn sur Mes Imaginaires

Le clan des Otori – 1 : le silence du rossignol (Across the Nightingale Floor, 2002), Lian Hearn traduite de l’anglais par Philippe Giraudon, Gallimard, 2002, 17€

A lire aussi :

Les producteurs – Antoine Bello La bonne nouvelle de l'année en littérature est sans doute la parution d'un troisième opus pour Sliv Dartunghuver, le brillant agent du Consortium de ...
Fatherland – Robert Harris Allemagne, 1964 : les nazis ont gagné la Seconde Guerre mondiale et le Reich s'étend de l'Alsace aux confins de la Russie ; seul le front est resté en...
Stalker – Arkadi et Boris Strougatski Arkadi et Boris Strougatski sont sans doute les auteurs de science-fiction russes les plus célèbres, et Stalker, pique-nique au bord du chemin leur ro...
Royaume désuni – James Lovegrove Le Pari malchanceux a mis fin au développement de l’Angleterre. Pire encore, il a ligué cette vieille nation contre les autres nations du Royaume Un...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *