• 14-14 – Silène Edgar et Paul Beorn

    En cette année de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, de nombreux romans sont publiés. Dans le cadre de formations, j’ai beaucoup lu sur le sujet et il faut avouer que les auteurs font en sorte d’en explorer bien des aspects depuis les points de vue les plus divers. 14-14 de Silène Edgar et Paul Beorn est certainement un des plus originaux puisque grâce à la fiction et à l’imagination, ils rendent possible une correspondance entre deux jeunes garçons à cent ans d’écart. Adrien d’abord. Il a treize ans, vit en 2014 et est très amoureux de Marion, son amie d’enfance. En ce premier janvier, il est bien…

  • Le voyageur – James Smythe

    « Seul dans l’espace » pourrait être le sous-titre de ce roman de James Smythe qui fait partie de la première salve de la nouvelle collection des éditions Bragelonne. La solitude, c’est ce que suggère la couverture, et ce que révèle d’emblée le narrateur, Cormac Easton : tous les autres membres de l’équipage sont morts, il ne reste plus que lui. Seul, infiniment seul, et pour très longtemps. David Bowie – Space Oddity Cormac Easton essaie de s’en sortir. Journaliste, il n’a aucune idée du fonctionnement de ce vaisseau mais compte sur sa technologie pour faire marche arrière, comme prévu, dès que les jauges de carburant seront à mi-réserve. Quand il constate que…

  • Station 16 – Hermann & Yves H.

    Savez-vous où se trouve la Nouvelle-Zemble ? Pas seulement dans l’imagination des Hermann père et fils, même si celle-ci compte pour une bonne part dans le scénario de Station 16. Car la Nouvelle-Zemble existe bel et bien, quelque part au nord de la Russie. C’est là-bas que les Soviétiques effectuèrent quantités d’essais nucléaires, 220 officiellement, pour un total de 265 mégatonnes de bombes (dont 57 pour la Tsar Bomba, le 30 octobre 1961). Autant dire que la région a été durablement marquée. Aujourd’hui, il n’y reste plus que quelques gardes. Des gardes ? Mais pour surveiller quoi ? Yves H. explique dans un dossier final comment il a été intrigué par cette présence…

  • 22/11/63 – Stephen King

    Ce qu’il faut pour lire ce Stephen King-là, c’est du temps. Du temps pour lire ces neuf cent trente-six pages (postface comprise) mais aussi du temps comme on savait en prendre avant, quand la vie n’allait pas aussi vite. Car que celui qui pense être précipité dans les événements du 22/11/63, il y a donc tout juste cinquante ans, se détrompe : Jake Epping, voyageur temporel, n’a d’autres possibilité que d’émerger dans le passé le 09/09/58. Cinq ans s’écouleront donc, et même plus que ça, avant le jour fatidique où Lee Harvey Oswald assassina le président Kennedy. Ou tenta d’assassiner, allez savoir… Tout commence par un traditionnel prof de fac, Jake…

  • L’étrange affaire de Spring Heeled Jack – Mark Hodder

    Voici un livre qui tient les promesses qu’il affiche : la couverture, la tranche dorée et le genre (steampunk) laissent présager un bon moment de divertissement très british. Et effectivement, aventure, enquête et reine Victoria sont au rendez-vous, de même que d’improbables machines propres au cahier des charges d’un genre qui fait dans le clinquant. Mark Hodder apporte comme il se doit un soin tout particulier au cadre, ce Londres alternatif du XIXe siècle, mais aussi aux personnages qu’il emprunte à l’Histoire. Le choix de sir Richard Francis Burton s’avère excellent (Philip José Farmer le savait aussi) puisqu’il fut un roman à lui tout seul : tout à la fois érudit et…