• Le retour des morts – John Ajvide Lindqvist

    J’ai apprécié il y a deux ans ce que John Ajvide Lindqvist avait fait du mythe vampirique dans Laisse-moi entrer. J’ai donc eu envie de lire ce qu’il était advenu des zombies une fois passés entre ses mains on ne peut plus suédoises. J’ai trouvé l’essai moins réussi, limite si je ne me suis pas ennuyée. Un orage estival, des éclairs, l’électricité qui s’emballe, et voilà que tous les habitants de Stockholm morts depuis moins de deux mois se réveillent, en plus ou moins bon état. Le lecteur suit parallèlement trois familles endeuillées. Eva, David et le petit Magnus forment la famille idéale. Mais voilà qu’Eva meurt dans un accident…

  • Laisse-moi entrer – John Ajvide Lindqvist

    Quand la vague suédoise rencontre la vague vampirique, on  s’attend au moins à un tsunami romanesque à faire frémir les plus aguerris. Au final, pas tout à fait, mais la tentative pour le moins dépaysante vaut lecture. D’autant plus que John Ajvide Lindqvist ne choisit pas la version glamour du mythe, mais la plus glauque qui soit. Nous sommes dans les années 80 (les gosses jouent au Rubik’s cube, on regarde Dallas à la télé) à Blackeberg, la banlieue sordide de Stockholm, celle des immeubles et des caves où de petits caïds trafiquent de tout. Celle des clodos désoeuvrés qui boivent trop et des pervers qui matent les petites filles.…