• Les monades urbaines – Robert Silverberg

    « Une radieuse journée de 2381 commence ». Alors que les monades urbaines du monde entier s’éveillent, jetons un œil à la monade numéro 116 qui appartient à la constellation des Chippits, sur l’emplacement des anciennes villes de Chicago et Pittsburgh. Population : 881 115 habitants répartis sur mille étages ; hauteur : trois kilomètres.  La population mondiale est de 75 milliards d’habitants, soit un gain de trois milliards par an. Dans un très lointain passé, la civilisation s’est effondrée. L’humanité s’est réorganisée autour de gigantesques tours toutes semblables, les monades urbaines. Quelques principes régissent ces nouveaux regroupements d’habitations dont la croissance ordonnée et illimitée de la race humaine, rendue possible grâce à un espace vital…

  • Les vestiges de l’automne – Robert Silverberg

    Moins un roman qu’une longue nouvelle, Les vestiges de l’automne est en fait la version courte d’un livre qui aurait dû clore la trilogie ouverte avec A la fin de l’hiver et La reine du printemps. Dans une postface, Robert Silverberg explique que pour des raisons éditoriales, ce troisième tome n’a jamais vu et ne verra jamais le jour. Cette édition en fournit le synopsis grâce auquel on constate que la nouvelle qu’on vient de lire est vraiment beaucoup plus courte que le roman initialement envisagé. Tous ceux qui ont particulièrement aimé les deux premiers tomes s’en désoleront certainement, mais pour ma part, ne les connaissant pas, j’ai lu ce…

  • L’homme programmé – Robert Silverberg

    Nat Hamlin, artiste génial et psychopathe dangereux, a été effacé. Nat Hamlin n’existe plus. Ou presque plus puisque son corps est toujours là, désormais habité par Paul Macy tout frais sorti du centre de réhabilitation où il vit depuis quatre ans. Mais il rencontre Lissa, ancienne maîtresse de Nat Hamlin et télépathe très puissante. Cette rencontre fait réapparaître en Paul le Nat enfoui qui se met à lui parler, à le faire souffrir pour reprendre sa place dans son corps. Un duel s’ensuit entre Nat qui n’existe plus et Paul qui n’est qu’une invention. Cette lutte interne et implacable prouve encore que Silverberg est le romancier de la SF psychologique.…

  • Le livre des crânes – Robert Silverberg

    Si le titre vous incite à penser qu’en lisant ce Silverberg méconnu vous croiserez des labyrinthes obscurs, des rites médiévaux sanglants ou des portes grinçantes ouvrant sur des souterrains remplis de cadavres, vous faites fausse route. Le livre des crânes en question est un ouvrage très ancien découvert par un jeune étudiant juif américain, Eli. Il recèle des secrets insoupçonnables et l’emplacement d’un étrange monastère. Eli traduit comme il peut une partie du texte, met au courant ses trois camarades de chambrée et les voilà partis vers la chaleur de l’ouest profond. Eli le Juif, Ned l’homosexuel, Oliver le paysan parvenu et le riche Timothy s’en vont quérir l’éternité, sachant…

  • La porte des mondes – Robert Silverberg

    1963 : Dan Beauchamps, adolescent anglais, part chercher l’aventure au royaume des Aztèques. Après une éprouvante traversée de six semaines, le jeune homme arrive dans cet empire grandiose, cœur de la civilisation et de l’économie mondiale. Que s’est-il passé ? C’est qu’en 1348, ce n’est pas un tiers mais bien trois quarts de la population européenne qui ont été décimés par la peste noire. Quasi anéantie, l’Europe ne résiste pas à l’invasion des Turcs dont le royaume s’étend, à son apogée au 19ème siècle de Constantinople à New Istanbul, que quelques patriotes résistants continuent à appeler Londres. La porte des mondes est une uchronie plaisante qui réjouira les plus jeunes…