• Le bacille – Arnould Galopin

    Arnould Galopin imagine  un scientifique reconnu, Martial Procas. Sa spécialité : les microbes pathogènes. Beau comme un dieu, il fait courir le tout-Paris lors de ses conférences universitaires, surtout les Parisiennes. « Son dernier volume sur les cellules phagocytes – 700 pages in-octavo jésus, avec planches en couleurs -, eut le succès d’un roman d’aventures« . Mais homme de science avant tout, il ne remarque pas les minauderies des unes et des autres. Jusqu’au jour où une belle Américaine attire son regard. Et Procas, l’homme d’un seul amour tombe éperdument amoureux de cette aventurière qui ne le mérite pas. Car quelques semaines à peine après le mariage, madame s’ennuie et va voir…

  • Les portes de l’interdit – F.R. Tallis

    En 1873 à Paris, le docteur Paul Clément, narrateur de ce roman, est l’élève du docteur Duchenne, pionnier des techniques de réanimation par électrisation : il a plusieurs fois fait revenir à la vie des patients qui venaient de décéder. Les deux hommes se passionnent pour le sujet, d’autant plus qu’une « ressuscitée » leur a relaté ce qu’elle avait vu entre sa mort et sa réanimation. Bientôt, espèrent-ils, ils seront en mesure d’apporter « la preuve scientifique de l’existence de l’âme et de sa survie après la mort physique ». Mais interroger les malades survivant à la réanimation ne suffit bientôt plus à Paul Clément qui décide de tenter lui-même l’expérience : mourir, puis revenir.…

  • Le château d’Eymerich – Valerio Evangelisti

    Les éditions La Volte ont entrepris de publier toutes les aventures de l’infâme inquisiteur Nicolas Eymerich. Entreprise qui comporte des rééditions et des inédits, comme cet opus qu’on se ravit de voir disponible en français. Eymerich, rappelez-vous, c’est ce dominicain qui à force de manigances et de morts parvient au poste d’inquisiteur général du royaume d’Aragon. Sa spécialité : les manifestations sataniques et autres phénomènes inexplicables. Mais ce n’est pas tout : Evangelisti lie le sort de l’inquisiteur et de ses contemporains à ceux de personnes situées en d’autres temps et d’autres lieux, eux aussi en prise avec des manifestations similaires. Fin des années 1360, Eymerich et son collègue inquisiteur Gallus se rendent…

  • Nature extrême – Yves-Marie Clément

    Quatre-vingts jeunes gens se rendent en car au camp de vacances Harmonie Nature fondé par le militant écologiste Teddy Sumerton. Ils ne sont pas tous aussi motivés les uns que les autres mais viennent tous de l’Alaska pour passer quinze jours d’été sur les rives de la Copper River. Lors de la pause pique-nique, et malgré les recommandations, cinq d’entre eux s’éloignent et sont oubliés. Manque de chance, les bus n’ont pas continué leur route vers le chalet tout proche : ils ont bel et bien fait demi-tour pour cause d’avis de tempête ! Yves-Marie Clément crée dans ce roman une ambiance de film d’horreur : cinq jeunes gens enfermés dans un chalet…

  • Eroticortex – Thierry Maugenest

    Un drôle de livre et un livre drôle, cet Eroticortex est surprenant, sérieux dans son contenu mais déconcertant par sa forme. Le lecteur se trouve propulsé au sein du laboratoire Lanxis qui mène des recherches sur le cerveau. Bien loin des discours officiels et des dossiers, ce sont les bruits de couloirs que l’on entend, conversations entre employés anonymes autour de la machine à café ou dans les toilettes. Et les commentaires vont bon train, car le professeur Albert Carrington défraie la chronique (le lecteur suit d’ailleurs la presse à travers des fac-similés) en affirmant qu’il a isolé l’aire de la religion dans le cerveau. Rien de plus simple que…