• L’employé – Guillermo Saccomanno

    De l’employé de Guillermo Saccomanno, on ne connaîtra jamais le nom, juste la fonction. Il en va de même pour le chef, la secrétaire, le collègue. Car sur la scène de ce théâtre argentin, nul n’est besoin de savoir comment s’appelle tel ou tel tant chacun est remplaçable, insignifiant, vite oublié. La vie humaine n’a plus de valeur dans cette ville qu’on dirait apocalyptique, au moins en état de siège : les hélicoptères tournent sans cesse, les femmes accouchent dans la rue, les chiens mangent les cadavres humains en attendant qu’ils soient ramassés par les éboueurs au petit matin. Il n’est pas recommandé de sortir la nuit, alors que les prédateurs…