• L’enfer des rêves – Theodore Roszak

    A mon avis, il y a deux Theodore Roszak : celui qui écrit des bouquins formidables, palpitants, inoubliables, et celui qui écrit des livres à suspens, généralement psychologiques et plus ou moins bons comme celui-ci, qui n’est pas mauvais, loin de là, mais qui n’est vraiment pas à la hauteur de son chef d’oeuvre. Une précision pour commencer. La quatrième de couverture porte en chapeau : « Après La conspiration des ténèbres, Theodore Roszak revient à son thème de prédilection, la manipulation des esprits« . Sauf que si ce livre est traduit chez nous après La conspiration…, la parution américaine est antérieure de six ans. Six ans, c’est beaucoup, ça laisse le…

  • L’enfant de cristal – Theodore Roszak

    Je suis ce que l’on pourrait appeler une fan de Theodore Roszak. Depuis La conspiration des ténèbres, je me fais une fête d’ouvrir chacun de ses nouveaux livres et un grand plaisir de les lire. Il va donc me falloir trouver les mots exacts pour exprimer clairement ma perplexité devant celui-là. Il est vraiment particulier et si ce n’était pas Roszak, j’aurais arrêté avant la fin. Julia Stein est gérontologue. Depuis des années, elle se bat pour allonger de quelques années, de quelques mois parfois, la vie de ses vieux patients. Un jour, elle se voit confier Aaron Lacey, atteint de progeria, maladie génétique rare dite du vieillissement prématuré. A…

  • Les mémoires d’Elizabeth Frankenstein – Theodore Roszak

    Souvenez-vous : Robert Walton, explorateur de l’Arctique nous racontait jadis l’histoire incroyable de l’homme qu’il sauva des glaces, cet homme qui avait osé égaler Dieu en donnant vie à une créature d’apparence humaine. Son texte lui a valu bien des critiques et des attaques et pourtant… pourtant il n’avait pas tout dit, se censurant lui-même, par décence, et il reprit la plume quelques années plus tard pour conter cette fois la vie tumultueuse de celle qui fut pour quelques heures la femme de Victor Frankenstein. Walton raconte comment il est entré en possession de certains cahiers et papiers privés qui lui ont permis de retracer l’histoire de cette femme des…

  • La conspiration des ténèbres – Theodore Roszak

    Belle réussite : une vaste fresque sur le cinéma, mâtinée d’un complot multiséculaire ourdi par une minorité religieuse que l’on n’imaginait pas si machiavélique. Jonathan Gates, universitaire reconnu, raconte comment sa passion pour le réalisateur allemand Max Castle l’a conduit à découvrir une vaste machination. Le jeune Jonathan découvre l’amour et le cinéma grâce à Clare Swann qui fait survivre une petite salle glauque de la côte ouest en défendant contre vents et marées un cinéma d’art et d’essai. Intransigeante, parfois caractérielle, elle modèle le docile Jonathan qui découvre par hasard le cinéma de Max Castle. Il cherche à en savoir plus sur lui, malgré Clare qui le juge malsain,…