• L’alchimie de la pierre – Ekaterina Sedia

    Mattie l'automate emancipée de la tutelle de son créateur est devenue alchimiste. Alors que la ville se révolte contre les nantis et l'industrialisation, Mattie aspire à être définitivement libre, à être une femme à part entière...

  • Memo 657 – Thierry Robberecht

    Jonas, quinze ans, est élève dans un collège très select de Palo Alto, Californie. C’est là qu’on forme l’élite nationale et même, les futurs dirigeants du monde. Jonas lui, le seul asiatique de l’établissement, deviendra bientôt un des plus importants dirigeants chinois. C’est ce qu’on lui a dit. Un jour, un ancien au charme de rock star, Harold, vient visiter l’établissement. Il est conseiller auprès du président des Etats-Unis. Jonas se rend compte qu’il est en froid avec le directeur, Patterson. Le lendemain, Harold meurt dans un accident d’avion et Jonas reçoit la visite de Jeff, un élève de sa classe dont il n’est pas très proche. Jeff est poursuivi…

  • Cœurs de rouille – Justine Niogret

    A l’image de Saxe qui se réveille brutalement frappé par Dresde, une golem oubliée, le lecteur habitué des romans de Justine Niogret sera surpris par celui-ci, sa première incursion en littérature jeunesse. Ou plutôt young adults comme l’affiche la collection car cet univers cauchemardesque s’adresse à des lecteurs aguerris. Il serait bien présomptueux de définir le monde dans lequel Saxe se réveille, tant il est énigmatique. C’est une cité désertée  qu’imagine Justine Niogret, une cité où grouillent rats et nains vengeurs, où errent encore quelques agolems, ces créatures mécaniques que les hommes utilisaient jadis comme servantes. Mais il n’y en aura bientôt plus car Pue-la-Viande, le dernier golem, les traque…

  • Eva – Kike Maillo

    Il ne fait pas de doute que le meilleur cinéma fantastique aujourd’hui est espagnol. On peut donc se demander si la science-fiction y est aussi insignifiante qu’ailleurs, aussi à la traine du géant américain. Mais sur quoi repose le succès de la science-fiction américaine ou à l’américaine ? Essentiellement sur l’image, les effets spéciaux ambitieux, maîtrisés, époustouflants. On en prend toujours plein la vue, le reste suit plus ou moins bien : si le contenu ne tient pas la route, si les acteurs sont mauvais, on aura au moins diverti nos sens. Eva de Kike Maillo ne se mesure pas à l’aune du cinéma américain car il ne le copie pas. Il…