• La faucheuse – Neal Shusterman

    Dans une société qui a aboli la mort, reste une caste qui la distribue encore selon un code d'honneur : les faucheurs. Citra et Rowan l'intègrent pour une année d'apprentissage à l'issue de laquelle l'un d'eux devra mourir.

  • Phobos – Victor Dixen

    Ils sont douze jeunes gens, six couples potentiels qui pendant le voyage qui les emmène vers Mars devront se choisir à coups de speed dating afin de s'unir pour le restant de leur vie. Ils sont beaux, jeunes et très naïfs, ils sont les premiers colons de la planète rouge. Et ils sont manipulés.

  • Les monades urbaines – Robert Silverberg

    « Une radieuse journée de 2381 commence ». Alors que les monades urbaines du monde entier s’éveillent, jetons un œil à la monade numéro 116 qui appartient à la constellation des Chippits, sur l’emplacement des anciennes villes de Chicago et Pittsburgh. Population : 881 115 habitants répartis sur mille étages ; hauteur : trois kilomètres.  La population mondiale est de 75 milliards d’habitants, soit un gain de trois milliards par an. Dans un très lointain passé, la civilisation s’est effondrée. L’humanité s’est réorganisée autour de gigantesques tours toutes semblables, les monades urbaines. Quelques principes régissent ces nouveaux regroupements d’habitations dont la croissance ordonnée et illimitée de la race humaine, rendue possible grâce à un espace vital…

  • La 5e Vague – Rick Yancey

    La romance est un genre qui fonctionne bien depuis déjà quelques années. En matière de littératures de l’Imaginaire, le succès de Twilight a ouvert la voie à nombre d’histoires d’amour entre vampires et mortelles. On a eu la version zombie avec Vivants. Dans La 5e Vague, c’est au tour des extraterrestres. On s’attend au pire et pourtant, Rick Yancey se sort haut la main d’un scénario casse-gueule grâce à une intrigue qui se focalise beaucoup plus sur l’identité des jeunes protagonistes, sur la nature de l’invasion qu’ils doivent affronter, sur l’enchaînement des événements que sur une histoire d’amour qui n’est au mieux qu’anecdotique. Un vaisseau est apparu dans le ciel…

  • La nuit a dévoré le monde – Pit Agarmen

    Antoine Verney, la trentaine et narrateur de cette histoire, se trouve être le seul survivant d’une soirée entre amis branchés à Pigalle. Non pas qu’elle ait tourné au pugilat, mais pendant qu’il dormait à l’écart (Antoine est un asocial), les gens se sont transformés en zombies. Dans le monde entier. Qui n’est pas encore mort et revenu à la vie pour dévorer son semblable le sera sous peu car les zombies ont la force du nombre et l’endurance de l’éternité. Antoine les observe du haut de l’appartement de son amie, devenu le sien et barricadé contre toute intrusion. Il se prépare à une longue solitude qui n’est pas pour lui…