• Meddik – Thierry Di Rollo

    Lire un roman de Thierry Di Rollo est toujours une épreuve. Les âmes sensibles peuvent s’abstenir et les futurs lecteurs être prêts à contempler les tréfonds de l’âme humaine. Car John Stolker, le héros de Meddik a beau être un personnage de fiction, il n’en est pas moins aussi vivant, à la lecture, que n’importe quel bourreau nazi, n’importe quel salopard d’inquisiteur jouissif et patenté. Il est donc forcément dérangeant de suivre à la première personne, les faits et gestes d’un tortionnaire qui n’a même pas pour excuse d’être fou. John Stolker a grandi chez les nantis d’une planète poubelle nommée Terre. Ecoeuré par le monde, les hommes et la…

  • Jack Barron et l’éternité – Norman Spinrad

    Jack Barron est une star du petit écran. Ex-révolutionnaire, il a laissé tomber ses illusions gauchistes pour se transformer en justicier, en défenseur des opprimés, en porte-parole des faibles. Car tous les mercredis soirs, les téléspectateurs peuvent l’appeler en direct pour dénoncer une injustice dont ils sont victimes : Jack Barron est là pour dénoncer les crimes et titiller les puissants là où ça fait mal. Voilà pour l’image de marque, la vitrine. Mais Jack Barron n’est pas un héros, il a lui aussi ses points faibles et quand Benedict Howards, le magouilleur n°1 lui propose l’éternité en échange de sa discrétion, il accepte. Et quand il découvre à quel…

  • Millenium People – James Graham Ballard

    Ballard n’écrit pas de la science-fiction, il s’en défend véhémentement, son rayon à lui c’est la fiction réaliste de type extrême (cf. le magazine « Lire » de février 2005). Soit, il n’y a effectivement rien qu’un esprit un peu perspicace ne puisse imaginer avec un peu d’effort. Car Ballard, grand maître britannique de la fiction réaliste de type extrême, nous invite à assister à la révolution des classes moyennes, c’est-à-dire architectes, médecins, journalistes… Tout ce beau monde habite la Marina de Chelsea, s’ennuie, alors, pourquoi pas une petite révolution ? Hein, parce que quand même, on nous augmente les parcmètres, alors on ne va pas se laisser faire comme ça… Bon,…

  • La loi du plus beau – Christophe Lambert

    La vie n’est pas facile pour Karol : mère célibataire, elle travaille dans un fast-food pour se nourrir elle et son fils. Elle aimerait travailler dans le tourisme mais ce genre d’emplois est réservé aux catégories 4 ou 5 sur l’échelle d’Apollon : « grande bringue dégingandée, coiffée à la garçonne, les cheveux roux, la peau laiteuse, le visage osseux…« . Karol n’est classée que catégorie 3. Et dans cette société de demain où le paraître prime, pas moyen de s’en sortir si l’on n’est pas naturellement belle ou liftée de partout. A bout de nerfs, Karol s’acoquine avec un groupe de militants anti-Apollon. Ils commencent par taguer des affiches, mais quand…