• Le maître des noms – Joseph Ladik

    Commençons par dire que j’avais quelques a priori avant d’entamer la lecture de ce livre. Non pas à l’encontre de l’auteur puisque c’est son premier roman, mais plutôt envers l’éditeur… et allez, je commence par ce dernier, le pire sera dit, ne restera que le livre… Nous assistons dans ce livre à un festival de fautes typographiques : ponctuation absente ou fantaisiste, majuscules aléatoires et surtout, surtout, espaces manquants entre les mots. Bien entendu, cela n’infère pas sur la compréhension du texte, mais reflète le soin que l’éditeur apporte à ses publications. En plus, c’est agaçant. Quelques fautes d’orthographe et de grammaire ça et là dont la plus savoureuse est certainement celle-ci…

  • Le dos au mur – Christophe Lambert

    Pour faire monter l’audimat, la chaîne de télé américaine PBS a vraiment une super idée : « une fois par mois, nous autorisons deux cents Mexicains à pénétrer sur le territoire américain – sous l’objectif [des] caméras – et la traque peut commencer. » Ça tombe bien, dégommer du Latino est le sport favori de Patrick A. Rooney, officier de police de son métier, assassin à ses heures… La fuite éperdue des deux cents candidats n’étant pas sans dangers, les quelques morts des premières éditions de America’s Most Hunted passent en pertes de jeu, ni vues ni connues. Le but : être le dernier ; le cadeau : le droit de vivre aux États-Unis, dans une…

  • Unica – Elise Fontenaille

    « Je m’appelle Herb Charity, j’ai vingt-cinq ans, j’ai toujours vécu à Vancouver, je suis cyberflic depuis sept ans déjà, depuis la création en fait, on est quinze à la brigade. » La mission des cyberflics : débusquer les cyberproxénètes et leurs clients pédophiles. Leur méthode favorite : le flagrant délit à six heures du matin. Depuis qu’elle disparu, Herb cherche sa sœur dans ces milieux d’internautes, sa grande sœur adorée qui chatait des nuits entières avec des inconnus et est partie un beau jour pour ne plus jamais revenir. Voilà pour son back ground et ses motivations. Mais sa mission pour l’heure est un peu spéciale : voilà deux fois que, sur le point…

  • La cité heureuse – Benoît Duteurtre

    Imaginez qu’une grande ville d’Europe de l’Est, à peine sortie du totalitarisme, vienne d’être rachetée par une compagnie privée pour devenir un parc d’attraction grandeur nature : la ville devient Town Park, ses habitants des figurants en costumes d’époque (plutôt 19ème) et les touristes affluent. Mais voilà, vous êtes habitant de Town Park, vous, le « vieux gauchiste occidental » à qui on ne la fait pas : la mondialisation, la privatisation, l’ultralibéralisme, pas question d’entrer dans ce jeu-là, il faut résister. Mais… la chair est faible et il faut bien manger, se dit en substance le héros narrateur, scénariste télé pour la déplorable série humoristique Modern Life. Le soi disant militant…

  • Total chaos – Luc Fivet

    Paris : 2017. François Sacco est flic, pas particulièrement brillant, usant de jazz pour subsister et de coke dans les pires moments. Le roman débute sur un de ceux-là : pour finaliser une traque de plusieurs jours, Sacco doit entrer dans l’enfer qu’est devenu le forum des Halles : « Entrer là-dedans après six heures du soir revenait à signer un semi-arrêt de mort« . N’écoutant que la prime qui alimentera bientôt son compte en banque, Sacco y va, laisse à son suspect le temps de violer la fille, histoire d’avoir un bon flagrant délit, et arrête le type. C’est un de ces Destro-Zen, mouvement bouddhique et apocalyptique, dont les membres immunisés…