• Au pays de la mémoire blanche – Norac & Poulin

    Si ce n’était un sacrilège, je crois que j’aurais découpé tout l’album pour tapisser de ses magnifiques illustrations les murs de mon bureau. Aussi tristes et graves soient-elles, je ne me lasse pas de les regarder et de les montrer à qui voudra depuis que j’ai ouvert Au pays de la mémoire blanche. Ce livre est tout simplement magnifique, et je découvre avec lui Stéphane Poulin, illustrateur québécois, dont le prière d’insérer nous dit que cet album est  l’aboutissement du rêve de sa vie : « Cinq ans de travail, moitié pour les esquisses à la mine de plomb, moitié pour la réalisation des 150 pages finales à l’huile sur toile. »…