• Vivants – Isaac Marion

    On a eu pléthore de romances vampiriques, pourquoi ne pas essayer le filon zombiesque ? Dans sa version masculine de surcroît, ce qui permet un peu moins de nunucherie, c’est salutaire. R., le héros narrateur de ce roman en un seul volume (autre avantage) est donc un zombie plutôt frais, entendez par là présentable et donc susceptible de ne pas effrayer les jeunes filles bien vivantes. Il n’en dévore pas moins les humains, dont Perry, le petit ami de Julie. Si belle Julie, si vivante, que R. décide de la sauver en la cachant puis en l’aidant à rentrer chez elle, c’est-à-dire dans le stade là où les êtres vivants…