• Tolkien : le maître des anneaux – Lin Carter

    Lin Carter, bien connu des amateurs de Conan et des lecteurs de fantasy américaine, signe ici, non pas une biographie mais une étude de l’œuvre de Tolkien. Quelques pages d’abord sur la vie bien peu passionnante de ce professeur d’Oxford, puis Carter résume (en plus de cinquante pages) les aventures de Bilbo et la trilogie du Seigneur des Anneaux. Si vous avez l’histoire en tête, vous sautez, sinon, le rappel est salutaire pour comprendre la suite. Tolkien étant encore vivant au moment de la rédaction de cette étude, Carter ne peut qu’être prudent et reprendre les assertions du maître : non, sa trilogie n’est pas une satire, ni une allégorie…

  • Le Codex Merlin / 2 – Robert Holdstock

    Où nous retrouvons Jason et Merlin. Jason, après s’être fait poignardé par son fils aîné, part à la recherche du second, Kinos, sur l’île d’Alba, l’île des morts et de ceux à naître. Il a pour cela fait appel a d’anciens Argonautes ressuscités. Merlin est lui aussi sur Alba où il retrouve Médée et doit aider le guerrier Urtha a reconquérir sa forteresse conquise par les morts. Tout cela pourrait tenir en 150 pages, et encore, or nous en avons 393 dans ce second livre du Codex Merlin. Robert Holdstock écrit, écrit, écrit, mais il ne se passe strictement rien, si ce n’est un combat et une scène de retrouvailles…

  • Le Codex Merlin / 1 – Robert Holdstock

    IIIème siècle avant J.C.. Merlin, déjà âgé de plusieurs centaines d’années, participe à la résurrection de son ami Jason avec lequel il a conquis la Toison d’Or. Celui-ci gît depuis des siècles au fond d’un lac, accroché à son navire, Argo le mythique. Revenu à la vie, le chef des Argonautes va poursuivre le projet qu’il avait au moment de mourir, sept cents ans plus tôt : retrouver les corps de ses deux fils que sa femme Médée a tués devant ses yeux. Mais Merlin lui apprend qu’ils ne sont pas morts, que Médée les a trompés puis a caché les enfants au-delà du temps et qu’ils doivent précisément se…

  • Les enchantements d’Ambremer – Pierre Pevel

    Paris, 1909. Les messieurs portent la redingote et les belles dames, des bottines à boutons. Altière, la tour Eiffel domine la capitale et attire les touristes. Mais il ne s’agit pas de cette tour de métal que nous contemplons aujourd’hui encore. C’est une construction en bois blanc magique. Car depuis que les fées ont décidé de révéler aux hommes l’existence de l’OutreMonde, des créatures et des objets merveilleux peuplent notre monde. Louis Denizart Hippolyte Griffont vient de l’OutreMonde. Né vers le début du 15ème siècle, c’est un mage qui appartient à l’une des trois principales confréries représentées sur terre. Appelé à la rescousse par le directeur d’une maison de jeux,…