• Petits contes macabres – Gérald Duchemin

    « La mort… Combien de fois lui ai-je envié sa dextérité, ses litotes et le poème donné aux âmes qu’elle emporte ? Si la vie rédige nombre de contes, seule la mort corrige et veille à la ponctuation. Vais-je me risquer ce soir, en racontant mon histoire, à lui ouvrir la porte ?«  Ainsi commence « Motus », la nouvelle qui ouvre ce recueil de contes. Bien que je sois piètre lectrice de textes courts, contes ou nouvelles, j’ai été séduite dès ces premières phrases par leur poésie. Poésie du style car Gérald Duchemin écrit dans une langue recherchée et mélodieuse (ah, le doux plaisir des imparfaits du subjonctif !), mais aussi poésie des thèmes…