• Shining – Stephen King

    L’an passé, quand est paru Docteur Sleep, je me suis dit que ça devenait urgentissime de lire Shining. « Urgentissime » à mon rythme, ça fait un an… Comme beaucoup, j’ai vu et revu le film, et comme beaucoup, je savais que King n’en était pas complètement satisfait. J’ai essayé de lire en oubliant les images, c’est peine perdue : Jack Nicholson est Jack Torrance, il n’y a rien à faire contre ça, et au final, ça n’est pas plus mal. Jack Torrance, c’est le père, celui qui arrive à l’hôtel Overlook, si sympa et souriant. Mais il y a un avant d’arriver. Un avant qui pèse de tout son poids de culpabilité…

  • 22/11/63 – Stephen King

    Ce qu’il faut pour lire ce Stephen King-là, c’est du temps. Du temps pour lire ces neuf cent trente-six pages (postface comprise) mais aussi du temps comme on savait en prendre avant, quand la vie n’allait pas aussi vite. Car que celui qui pense être précipité dans les événements du 22/11/63, il y a donc tout juste cinquante ans, se détrompe : Jake Epping, voyageur temporel, n’a d’autres possibilité que d’émerger dans le passé le 09/09/58. Cinq ans s’écouleront donc, et même plus que ça, avant le jour fatidique où Lee Harvey Oswald assassina le président Kennedy. Ou tenta d’assassiner, allez savoir… Tout commence par un traditionnel prof de fac, Jake…

  • La part des ténèbres – Stephen King

    Un Stephen King de temps en temps, ça ne fait pas de mal, suffit de choisir le bon. Celui-là est à mes yeux un bon cru, plus dans la thématique que dans la construction, très classique. Thad Beaumont est romancier. Il a écrit trois romans main stream sous son propre nom, mais ce qui fait bouillir la marmite, ce sont ceux écrits sous le pseudo de George Stark, des bouquins trash avec serial killer bien sadique. Les lecteurs en redemandent, mais Thad décide d’en finir avec ce pseudo en accordant une interview à un grand magazine : photo de pierre tombale à l’appui, il enterre George Stark en avouant à…