• Camisole – Salomon de Izarra

    Edgar Griffith ignore ce qui l'attend quand il arrive à l'hôpital psychiatrique de Cliffton pour y vérifier les comptes. Une fois entré chez les fous, version cauchemar régressif, pourra-t-il en sortir ?

  • Nous sommes tous morts – Salomon de Izarra

    Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un professeur de français nommé Romero. C’est ce qui est arrivé à Salomon de Izarra : il n’y a pas que des hasards dans la vie. Le jeune écrivain remercie donc en dernière page de son premier roman, Nous sommes tous morts, cet enseignant qui l’a « encouragé à poursuivre dans l’écriture ». Merci monsieur Romero, à tous les Romero qui de près ou de loin ont infusé notre imaginaire, en compagnie de quelques autres monstres (sacrés), Lovecraft probablement dans le cas de Salomon de Izarra. « Nous sommes tous morts », c’est le cri que pousse et répète le narrateur, Nathaniel Nordnight, second à bord…