• La possibilité d’une île – Michel Houellebecq

    « Aussi ne fallait-il nullement s’étonner qu’un animal, n’importe quel animal, ait été prêt à sacrifier son bonheur, son bien-être physique et même sa vie dans l’espoir d’un simple rapport sexuel » (p. 327). Le constat est simple : le sexe est le seul rapport humain qui soit, quand il n’est plus tout est fini. C’est ce que, dans deux millénaires, nos lointains descendants, ou nos clones pourront conclure des divers récits de vie dont la littérature est aujourd’hui parsemée. Et c’est ce que nous dit Houellebecq, mais faisons abstraction du nom qui fait polémique et lisons. Les cent premières pages donnent la parole à Daniel 1, amuseur public qui prend assez…