• L’Education de Stony Mayhall – Daryl Gregory

    Quoi de plus naturel pour un zombie que de se décomposer, de pourrir sur place, mais de durer malgré l’écoeurement qu’il provoque. C’est ce qui arrive au genre lui-même, et ce qui ne tardera pas à advenir aussi du lecteur qui croule sous l’invasion. Certains auteurs alléchés mais indulgents tentent de le renouveler. On a lu par exemple la version « fleur bleue » avec Vivants d’Isaac Marion, voici la version « je suis un mec sympa » avec L’Education de Stony Mayhall de Daryl Gregory, quasi inconnu chez nous. Alors oui, Stony est mort, mais c’est bien la seule chose qui le distingue des humains, hormis une peau un peu grisâtre et des…