• Dolfi et Marilyn – François Saintonge

    Tycho Mercier est historien, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, un vieux conflit qui a eu lieu il y a plus d’un siècle de ça. Voilà que rentrant chez lui, il trouve Hitler installé dans son fauteuil : son fils Bruno, dix ans, vient de le recevoir en cadeau d’anniversaire. Alors bien sûr, ce n’est que le clone du Führer, mais ça fait quand même un choc ! Pour mille bonnes raisons, dont une est l’interdiction récente des clones du Führer, Tycho Mercier, narrateur de ce roman, s’échine à restituer cet exemplaire illégal. Pour s’apercevoir que le magasin cherche à s’en débarrasser aussi et que quoi qu’il en soit, ce Dolfi, comme…

  • Tout ce que nous aurions pu être toi et moi… – Albert Espinosa

    Littérairement curieuse et actuellement plongée dans une période hispanisante, je ne pouvais que m’intéresser à ce livre au titre aussi accrocheur que romantique : « Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n’étions pas toi et moi ». Je me renseigne sur ce jeune auteur inconnu ici, né en 1973 et Barcelonais. Ce que l’éditeur français met en avant sur la jaquette : « atteint d’un cancer, il perd une jambe, un poumon et une partie du foie, et passe l’essentiel de sa jeunesse à l’hôpital ». Je compatis, je ne suis pas un monstre, mais je me dis que si l’intérêt principal de cet auteur est son cancer de jeunesse…

  • Crépuscule Ville – Lolita Pille

    Enterrée la pétasse du XVIème : pour son troisième roman, Lolita Pille délaisse le ton ado (elle a vingt-cinq ans) pour un narrateur omniscient et le sexe à tous les étages pour un roman d’anticipation très pessimiste (y en a-t-il des gais ?) : une dystopie. Sans remonter les décennies, ni invoquer les classiques (Huxley, Orwell…) force est de constater que ce genre particulier de science-fiction (soft) plaît aux auteurs français : Céline Curiol, Céline Minard (beurk), Antoine Bello, Elise Fontenaille… : ils sont nombreux à choisir d’analyser notre société actuelle en la projetant dans un futur très proche et d’autant plus inquiétant. Que nous apporte donc ce Crépuscule Ville ?   Le héros, Syd Paradine, est…

  • Les messagères des abysses – Arthur Ténor

    Un bandeau publicitaire entoure ce livre : « Préface de Nicolas Hulot ». Avec une belle couverture représentant des plongeurs nageant au milieu des baleines, on comprend immédiatement que le nouveau roman d’Arthur Ténor traite de préservation de la Nature. Plus exactement de la mer, cet univers profond et encore mystérieux qui permet toutes les extrapolations littéraires. Nous sommes en l’occurrence à la fin du XXIème siècle dans un monde encore à peu près vivable pour qui supporte la violence des médias, la surveillance exacerbée et une bonne dose de pollution environnementale. En tout cas l’Homme ne vit pas encore sous cloche, il peut même partir en vacances en Amérique Centrale, y…

  • L’idiot du village – Patrick Rambaud

    Le narrateur : la cinquantaine en 1995 ; une petite femme, un appartement parisien, un ami psy. Il est tout à coup pris d’hallucinations : il revoit le Paris de son enfance, celui de 1953. Puis il s’y retrouve brutalement transporté et devient commis de cuisine dans un petit restaurant des Halles. Et voilà tout. Il regarde les gens, la ville, et tout cela a l’air bien monotone, terne et ennuyeux. Il se demande s’il va un jour rentrer en 1995, la serveuse lui fait de l’oeil, il commence à prédire un peu l’avenir, mais pas trop. Il commente pour nous l’actualité : « On s’insulte de part et d’autre de…