• Les diables blancs – Paul McAuley

    Après avoir subi le sida, l’Afrique a succombé sous l’assaut de la grippe noire et de la maladie plastique. Les charniers anonymes se sont multipliés. Au Congo vert, l’armée a pris officiellement le pouvoir, mais c’est en réalité la transnationale Obligate qui contrôle tout le pays. La mission de Nicholas Hyde est d’identifier les cadavres. Lui et son équipe sont appelés sur les lieux d’un massacre récent. Ils comprennent vite que les victimes n’ont pas été tuées par des êtres humains ni par des bêtes sauvages. Quand ils voient apparaître les diables blancs, ils ne savent toujours pas à quelle catégorie les rattacher : grands singes caparaçonnés, dotés de dents…

  • Le dernier homme – Margaret Atwood

    Snowman est le dernier homme, le dernier être humain naturellement né d’une femme. Autour de lui, les Crakers, êtres manifestement humains mais tous extraordinairement beaux et mangeant de l’herbe. Tout le reste n’est que ruine et désolation et le but du roman est de nous expliquer comment on en est arrivé là. S’intercalent donc les chapitres où Snowman vit en compagnie des Crakers et cherche à se procurer à manger, et ceux où il était Jimmy, pauvre tâcheron de la pub malheureusement ami d’un garçon au génie génétique, Crake. Il est longuement, trop longuement question de leur jeunesse commune, de leur parcours différent qui pourtant scellera leur amitié. Là où…

  • Le gène du doute – Nicos Panayotopoulos

    2063. James Wright, écrivain, vit ses derniers jours sur son lit d’hôpital. Il écrit alors ses mémoires qui dressent le portrait de la vie littéraire durant plus de dix décennies. Années ô combien agitées puisque c’est alors qu’un scientifique met au point le test de Zimmerman permettant de savoir, grâce à une simple prise de sang, si l’on est ou non porteur du gène de l’artiste. Le monde littéraire, et en particulier les éditeurs, ne se fonde plus, dès lors que sur le test : on est ou on n’est pas écrivain, peintre, sculpteur… James Wright est un de ceux qui refusent de se soumettre à la dictature du test.…

  • Le maître de Frazé – Herbert Lieberman

    2070. Des jeunes gens sont enfermés dans un château isolé dans le Grand Nord canadien. Ils sont frères et soeurs, de mère inconnue mais nés du même père, Orville Jones, milliardaire. Celui-ci, énigmatique, ne leur rend visite qu’une fois par an pour un entretien sommaire durant lequel il reste dans l’ombre. A l’issue de la série d’entretiens, l’un d’eux disparaît à jamais. Leur vie à tous est organisée selon le Système de Jones : enfermés, régime alimentaire contrôlé, dialyse hebdomadaire, ils ne connaissent rien du monde extérieur, si ce n’est l’existence des Hommes des Bois, peuple de nains effrayants qui vivent autour du château. Or, lors de sa visite annuelle,…

  • L’homme qui rétrécit – Richard Matheson

    Scott Carey, journaliste américain d’une trentaine d’années est victime d’une incroyable mutation : il rétrécit de deux centimètres et demi par semaine depuis qu’il est inconsciemment passé à travers un nuage radioactif. Nous assistons à sa dernière semaine de vie alors que, ne mesurant plus que quelques millimètres, il lutte encore pour survivre dans la cave de sa maison. Simultanément, sont décrites certaines étapes de son rétrécissement : la perte d’emploi, l’exhibition dans les journaux, la honte, le désir, les relations avec sa femme et sa petite fille. Le destin de Scott Carey est des plus tragiques : gardant toute sa conscience et ses capacités physiques propres, il entame un…