• Haggarth – Victor de la Fuente

    C’est grâce à la collection « Patrimoine » des éditions Casterman que l’amateur francophone peut enfin découvrir toutes les aventures que l’Espagnol Victor de la Fuente (1927-2010) a consacré au guerrier Haggarth. Deux volumes ont été publiés en 1978 et 1979 dans le magazine « A Suivre », un restait inédit et le quatrième inachevé. Pionnier de la BD d’heroïc fantasy, le sombre héros de de la Fuente revenu d’entre les morts méritait cette intégrale. Il fait en effet figure de précurseur parmi tous les guerriers solitaires et errant dans des univers ténébreux d’inspiration médiévale. Le premier volume, « Le crâne aux trois serpents » s’ouvre sur Haggarth à la tête de guerriers tuna qui s’en…

  • Le prince écorché – Mark Lawrence

    « But these days are gone… ». Oui, il est bien fini le temps de l’innocence, celui de l’enfance du prince Jorg, héritier du trône d’Ancrath, un des nombreux petits royaumes de l’Empire. Un jour qu’il avait neuf ans, sa mère et son petit frère ont été assassinés par les hommes du comte Renar. Il aurait dû être au nombre des victimes, mais éjecté du véhicule dans lequel tous voyageaient, il s’est retrouvé prisonnier de la bruyère-aiguillon qui le protégea tout en le lacérant profondément, faisant de lui, le prince écorché. Il a juré de se venger. Du comte Renar, pas de la bruyère… Quand le lecteur fait connaissance avec Jorg, il a…

  • Chien du Heaume – Justine Niogret

    Aujourd’hui, il est question d’un premier roman français. Non ! Ne partez pas ! Il ne s’agit certes pas du roman du siècle, mais il vaut vraiment la peine qu’on l’évoque. Il s’agit d’une jeune femme, moche, rondouillarde et mercenaire. Elle s’appelle Chien du Heaume, c’est le nom qu’elle s’est donné, mais elle est sur les routes pour découvrir son vrai nom, celui de son père. Elle n’a que son épée pour la guider, celle qu’elle tient de son père et si semblable à celle du chevalier Sanglier. Elle part à sa recherche dans son château perdu. Mais le chevalier Sanglier ne sait rien, si ce n’est que c’est Orains…

  • Le Livre malazéen des glorieux défunts / 1 – Steven Erikson

    « Chef d’œuvre de la fantasy guerrière, à ranger aux côtés de La Compagnie noire de Glen Cook ou des Chroniques de Thomas L’Incrédule de Stephen R. Donaldson » nous dit la quatrième de couverture. Si ces dernières n’ont suscité en moi qu’ennui,La Compagnie noire fait partie des meilleures séries de fantasy guerrière qu’il m’ait été donné de lire. J’attaque donc cette série au nom étrange, crayon en main, car je n’ai pas envie de perdre le fil de cette histoire qui s’annonce touffue. J’ai eu raison pour le crayon : c’est touffu… C’est même plus que ça car l’auteur ne nous donne pas de clés : il plonge son lecteur en plein chaos, sans qu’il connaisse les intentions de…

  • Les Chroniques de Khëradön / 1 – Chris Debien

    J’ai tendance à me méfier de la fantasy en général, et de la fantasy jeunesse en particulier. Alors quand je vois arriver ce livre avec cette couverture vraiment pas belle et beaucoup de matériel publicitaire (dont une couverture poster) je me dis halte là (et aussi, j’ai passé l’âge…) ! Et le temps passe, j’essaie quand même et je suis beaucoup moins déçue que je m’y attendais. Tout va bien au royaume des Terres tranquilles. Sauf que l’héritier tant attendu tue la reine en naissant et que dans sa douleur, le roi Adön invoque la magie noire pour la ramener d’entre les morts. Vingt-trois ans plus tard, alors que son fils Luther…