• American Fays – Fakhouri et Dollo

    Décollage immédiat pour le Chicago des années 20, 1920. Avec Al Capone et les leprechauns. Et celui qui me dit qu’il n’y avait pas de leprechauns à Chicago dans les années 20 n’a pas lu Americans Fays. Ce qui est dommage parce que grâce à Anne Fakhouri et Xavier Dollo, la capitale de la pègre compte bon nombre d’autres créatures insoupçonnées : des fays du logis aux nymphes en passant par les pixies, hamadryades et autres trolls. Magie + grande ville = fantasy urbaine. On dit aussi « steam fantasy » dernièrement… C’est dans cet univers qu’oeuvrent les No Ears Four, une bande de méchants (mais pas trop) au service d’Al Capone. Celui-ci…

  • Hantés – Anne Fakhouri

    Samuel, seize ans, vient de quitter son lycée parisien pour un établissement de banlieue en espérant que sa scolarité s’y déroulera mieux. Il est instable Samuel, sujet à des troubles psychologiques. La mort récente de son beau-père flic n’a rien arrangé : Samuel l’aimait beaucoup et savoir qu’il passe pour un ripou le révolte. Il cherche à en savoir plus sur les conditions de sa mort. Il se lie d’amitié avec Darius, adolescent au moins aussi étrange que lui. Il s’avère rapidement que tous deux voient des fantômes qui se matérialisent quand ils sont ensemble. Pas n’importe quels fantômes : en particulier celui d’un jeune Noir qui ressemble à un enfant soldat.…

  • Narcogenèse – Anne Fakhouri

    La famille Le Gaucher est bien étrange : recluse, riche d’une fortune amassée et de propriétés. Beaucoup de femmes dans cette famille, avec semble-t-il d’étranges pouvoirs. Louise par exemple, est infirmière et peut pénétrer le monde onirique que ses patients dans le coma ont inventé pour survivre. Sa mère Claude cache un secret sous sa froideur et sa grand-mère avait elle aussi une perception toute personnelle de la réalité et des rêves. Les hommes ne semblent par contre pas bien lotis : ils meurent jeunes ou disparaissent, seul le petit Max vit encore au Chais avec sa soeur, sa mère Diane, sa tante Louise et sa grand-mère. Pourtant, c’est bien…