• Chants du cauchemar et de la nuit – Thomas Ligotti

    Puisque Thomas Ligotti nous est quasiment inconnu, Anne-Sylvie Homassel, sa traductrice, prend la peine de nous le présenter dans une courte préface. L’auteur des onze nouvelles qui composent les Chants du cauchemar et de la nuit serait donc notre contemporain. C’est étrange parce qu’à le lire, on aurait plutôt l’impression qu’un siècle nous sépare, un siècle au moins. Si Poe avait eu un enfant, il se serait bien appelé Thomas Ligotti. D’ailleurs c’est peut-être le cas, allez savoir… Car d’où nous parle cet auteur américain ? Ne serait-il pas lui aussi locataire de quelque manoir menaçant ruine ? Errant sur des landes brumeuses et qu’on croit désolées ? On pardonnera j’espère ce gothique…

  • Ainsi naissent les fantômes – Lisa Tuttle

    Il faut l’avouer d’emblée : c’est la magnifique couverture de Stéphane Perger qui m’a fait ouvrir ce recueil de nouvelles, moi qui n’en suis pas une grande lectrice. Encore moins quand il s’agit de textes sur la féminité,  car je n’apprécie guère la littérature de genre et ce qu’elle implique de revendications qui me passent bien au-dessus de la tête et m’ennuient. Or, je ne me suis pas du tout ennuyée à cette lecture, bien au contraire : au rythme d’une nouvelle par jour, j’ai découvert avec plaisir, et une certaine fascination morbide, l’univers de Lisa Tuttle. Les héroïnes de Lisa Tuttle sont le plus souvent les narratrices de ces histoires étranges,…