• Les conjurés de Florence – Paul J. McAuley

    Imaginez Florence au début du XVIème siècle : les Médicis, l’effervescence artistique, Michel-Ange, Raphaël… sauf que Paul J. McAuley s’offrant une petite uchronie, la Toscane, l’Italie et l’Europe en général ne sont pas exactement ceux que l’on connaît grâce à nos livres d’histoire. Les artificiers forment en effet une caste particulièrement développée, représentée à Florence par le premier d’entre eux, le Grand Ingénieur. Sachez par exemple, que « grâce aux sous-marins du Grand Ingénieur, les Florentins ont coulé la flotte espagnole qui s’apprêtait à envahir l’empire aztèque. » La face de l’Amérique s’en est trouvée changée, c’est évident, c’est uchronique. A une moindre échelle, ces inventions vont servir les intrigues qui se…

  • Les falsificateurs – Antoine Bello

    1991 : Sliv Dartunghuver est Islandais. Quelle aubaine pour lui, frais émoulu de l’université de Reykjavik, d’être engagé par Gunnar Eriksson, directeur du cabinet d’études environnementales Baldur, Furuset & Thornberg. Mais son nouveau patron lui avoue rapidement que ce poste n’est qu’une couverture et qu’il a été en fait engagé pour faire partie d’une organisation secrète : le CFR (Consortium de Falsification du Réel). Sa mission, qu’il ne tarde pas à accepter, consiste à monter des dossiers visant à la révision de l’Histoire selon une orientation générale donnée par le CFR. Exemple : le CFR décide de s’intéresser aux peuples indigènes. Pour son premier dossier, celui qui lui vaudra son…

  • La conspiration des ténèbres – Theodore Roszak

    Belle réussite : une vaste fresque sur le cinéma, mâtinée d’un complot multiséculaire ourdi par une minorité religieuse que l’on n’imaginait pas si machiavélique. Jonathan Gates, universitaire reconnu, raconte comment sa passion pour le réalisateur allemand Max Castle l’a conduit à découvrir une vaste machination. Le jeune Jonathan découvre l’amour et le cinéma grâce à Clare Swann qui fait survivre une petite salle glauque de la côte ouest en défendant contre vents et marées un cinéma d’art et d’essai. Intransigeante, parfois caractérielle, elle modèle le docile Jonathan qui découvre par hasard le cinéma de Max Castle. Il cherche à en savoir plus sur lui, malgré Clare qui le juge malsain,…