• Mama – Andrés Muschietti

    Mama, oui, mais tout commence à cause de papa (Jaime Lannister Nikolaj Coster-Waldau) qui un jour pète les plombs, zigouille femme et collègues (ce qu’on ne voit pas) et part avec ses deux petites filles sur les routes enneigées. Il roule vite, trop vite et c’est l’accident. Tous trois errent dans la forêt jusqu’à une maison abandonnée (la fameuse cabane au fond des bois…). Là, il compte bien achever son œuvre morbide mais au moment où il pointe son arme sur la petite Victoria (Megan Charpentier), trois ans, il est… emporté ? Déchiqueté ? Allez savoir… Papa avait un frère (Nikolaj Coster-Waldau, à nouveau et c’est tant mieux…), qui cinq ans après…

  • La révolte des morts vivants – Amando de Ossorio

    La Révolte des morts vivants est le premier film de la tétralogie que l’espagnol Amando de Ossorio consacra aux morts vivants. Nous sommes en 1972, Franco n’est pas encore tout à fait mort mais à l’image des moines templiers, l’Espagne sort de sa léthargie et secoue les bonnes vieilles valeurs conservatrices qui pourrissent et se désintègrent. Betty (Lone Fleming) et Virginia (María Elena Arpón) se retrouvent par hasard au bord d’une piscine tout ce qu’il y a de plus bétonnée et kitch. Virginia propose à son amie, avec laquelle elle a eu une aventure homosexuelle en pension, de partir avec elle et son fiancé (César Burner) pour un séjour au…

  • Ouvre les yeux – Alejandro Amenábar

    César (Eduardo Noriega) est un tombeur, aucune fille ne lui résiste et aucune ne lui suffit. Pour sa réputation, il lui en faut une nouvelle chaque soir. Son pote Pelayo (Fele Martínez) le sait bien, lui qui a tant de mal à en emballer une. Il y en a pourtant une qui l’agace bien César, c’est Nuria (Najwa Nimri) : il a passé une nuit avec elle, et elle insiste, malgré son refus. Au cours d’une soirée qu’il organise chez lui pour son anniversaire, César essaie de se défaire des attentions de Nuria en draguant Sofía (Penélope Cruz) , une fille arrivée avec Pelayo. Il la ramène chez elle, mais…

  • Atrocius – Fernando Barreda Luna

    Je m’étais pourtant bien préparée à avoir peur. Pensez-donc : un film qui s’appelle « Atrocius », regardé dans le noir complet à la nuit tombée, le casque sur les oreilles… Eh bien en fait, malgré ses soixante-quinze minutes, je l’ai trouvé surtout long ce film, et au final : même pas peur ! Deux adolescents espagnols se préparent à passer un long week-end pascal avec papa, maman et petit frère dans une maison de campagne. Heureusement, ils ont déniché une vieille légende urbaine (leur passion) susceptible de leur fait passer le temps : si vous vous perdez, la très jeune Melinda, ou plutôt son fantôme, apparaitra et vous montrera le chemin ; mais gare à ne…

  • Eva – Kike Maillo

    Il ne fait pas de doute que le meilleur cinéma fantastique aujourd’hui est espagnol. On peut donc se demander si la science-fiction y est aussi insignifiante qu’ailleurs, aussi à la traine du géant américain. Mais sur quoi repose le succès de la science-fiction américaine ou à l’américaine ? Essentiellement sur l’image, les effets spéciaux ambitieux, maîtrisés, époustouflants. On en prend toujours plein la vue, le reste suit plus ou moins bien : si le contenu ne tient pas la route, si les acteurs sont mauvais, on aura au moins diverti nos sens. Eva de Kike Maillo ne se mesure pas à l’aune du cinéma américain car il ne le copie pas. Il…