• La chair sous les ongles – Brice Tarvel

    La collection Rivière blanche a eu l’excellente idée de rééditer des textes de Brice Tarvel parus çà et là depuis plus de quarante ans. Certains ont été publiés alors que je ne savais pas lire, piètre excuse : je ne connaissais Brice Tarvel sous aucun de ses différents pseudonymes (Jean-Pol Laselle, Nicolas Olsagne), ne lisant pas de nouvelles, encore moins de fanzines. C’est désormais chose faite grâce à ce recueil qui regroupe le court roman qui donne son titre au livre et onze nouvelles. Rien que pour « La chair sous les ongles », grand moment de lecture noire et subtilement gore, il faut toute affaire cessante lire Brice Tarvel, d’autres que moi…

  • Les vestiges de l’aube – David S. Khara

    Commencer aujourd’hui en littérature par un roman vampirique n’est à mon avis pas la meilleure des idées. Mais mon avis tout le monde s’en fiche et il en parait encore et toujours, qu’ils soient dus à des débutants ou à des auteurs confirmés. Et comme je suis bonne et généreuse, j’ai ouvert celui-ci pour peut-être vous épargner la peine de faire de même. Et puis finalement non, car si David S. Khara ne va pas jusqu’à insuffler une énergie nouvelle au grand Saigneur, il se sort plutôt bien de l’exercice périlleux de modernisation du mythe. Barry Donovan, flic new-yorkais, est malheureux et dépressif : sa femme et sa fille sont…

  • Interférences – Yoss

    Voici un recueil de nouvelles ou plutôt, comme le traduit Sylvie Miller, un roman novelliste, composé de trois textes mettant en scène le petit pays et le grand pays, ennemis de toujours dont voici un des portraits : « Dans le grand pays, gouvernait depuis plusieurs décennies une poignée de riches blasés, grâce à un système simple et efficace : l’achat des voix d’un peuple éduqué dans le principe que l’argent guide le monde et habitué au fait que tout a un prix. C’était, bien évidemment, une démocratie. Dans le petit pays, gouvernait depuis plusieurs décennies son affable dictateur (Grand Timonier du Destin National), élu chaque année par son peuple lors d’élections…

  • Razzia – Jean-Marc Ligny

    Ce livre est le fruit d’une expérience aboutie en bibliothèque. En 2003, la bibliothèque de Houilles (Yvelines) demande à Jean-Marc Ligny d’animer un atelier d’écriture virtuel : il ne verra pas les participants, toutes les contributions se déroulant par Internet et donc via le monde entier. La foule ne s’est pas précipitée vers ce projet pourtant novateur, mais une dizaine de participants a suffi pour produire ce qui est devenu aujourd’hui un roman. Celui-ci se présente comme la suite directe d’Inner City puisque la première phrase donnée par Jean-Marc Ligny était la dernière de son livre daté de 1996. Les participants devaient d’abord écrire une suite au texte de Ligny,…