• Merlin / 1 – T.A. Barron

    Il est de grands hommes dont on sait peut de choses, comme Jésus, ou Merlin… Et on en sait encore moins sur l’enfance du magicien que sur celle du prophète, il est donc logique que des écrivains amateurs de légende arthurienne s’emparent du mythe pour broder et remplir les blancs de la fiction. Ainsi T.A. Barron lui invente-t-il un passé en lui inventant une enfance à partir de celui qu’il est devenu. « Quand je me suis plongé dans les légendes traditionnelles, je n’ai rien trouvé sur la jeunesse du personnage. Cette époque de formation, où il a vraisemblablement découvert ses origines, son identité et ses pouvoirs, n’était mentionnée que fugitivement…