• L’alchimie de la pierre – Ekaterina Sedia

    Mattie l'automate emancipée de la tutelle de son créateur est devenue alchimiste. Alors que la ville se révolte contre les nantis et l'industrialisation, Mattie aspire à être définitivement libre, à être une femme à part entière...

  • L'organisation

    L’Organisation – Maria Galina

    En pleine Russie soviétique, une vague de crimes atroces met en émoi le service dans lequel la jeune Katia vient d'être engagée. Elle va peu à peu comprendre où elle est tombée la pauvre : le SSE-2, c'est un peu le Bureau des affaires étranges...

  • Le Vivant – Anna Starobinets

    Après un recueil de nouvelles horrifiques, Je suis la reine, Anna Starobinets nous revient avec un roman dystopique, presque aussi inquiétant qu’un bon film d’horreur. Il ne s’agit pas ici de nuire à l’intégrité physique de la personne, mais de la modeler, de la formater dès la « naissance » afin de faire advenir la société idéale. Manipulations psychologiques. Même si « naissance » n’est pas le mot qui convient exactement, en disant réincarnation en soi-même, on serait plus près de la réalité. C’est que l’humanité atteint le point de stabilité ultime : trois milliards d’individus composent le Vivant, pas un de plus. A soixante ans, chacun est mis en pause pour Cinq Secondes…

  • Vongozero – Yana Vagner

    Parce que les éditions Mirobole ont décidé de tourner notre regard vers la méconnue littérature slave, au sens large, et encouragée par de nombreux avis positifs, j’ai ouvert Vongozero avec plaisir, voire avec enthousiasme. Hélas, mille fois hélas, je me suis terriblement ennuyée à la lecture de ce roman qui raconte le périple de quelques banlieusards moscovites à la recherche d’un lieu où échapper à l’épidémie mystérieuse qui décime le pays. Je suis d’abord partie sur une méprise : je croyais qu’il s’agissait d’un roman de zombies. Il a bien fallu me rendre à l’évidence : pas de morts-vivants, les hommes et les femmes touchés par l’épidémie d’on ne sait quoi ne…